Diabète de type 2 : pourquoi surveiller son taux d'acide urique ?

Un excès d’acide urique peut entraîner de graves dommages et peut faire suspecter un diabète de type 2. Il est important de surveiller son taux régulièrement.

Publicité

vignette-focus-500x334.jpg© Istock

Qu’est-ce que l’acide urique?

L’acide urique est l’un des nombreux déchets organiques. Il résulte de la dégradation des molécules azotées – les purines – provenant en partie de l’alimentation et de protéines dites endogènes, c’est-à-dire produites par l’organisme. L’acide urique est véhiculé vers les reins via la circulation sanguine puis éliminé par les urines. En cas d’excès, l’organisme ne parvenant pas à éliminer la totalité de l’acide urique, des troubles apparaissent tels que calculs rénaux et crises de goutte.Il est fondamental de surveiller régulièrement son taux d’acide urique. Pour ce faire, on recherche sa concentration dans les urines ainsi que dans le sang. Le dosage sanguin d’acide urique s’appelle l’uricémie. À titre indicatif, un taux normal d’acide urique dans l’urine se situe entre 250 et 750ml/24H et dans le sang entre 35 et 70mg/L. En présence d’un taux élevé, on parle d’hyperuricémie.

Publicité
Publicité

Diabète de type 2 et risque de problème rénal

En cas de complication, un diabète de type2 multiplie les risques de pathologies pouvant atteindre les nerfs, les yeux, les artères ou encore le cœur. Ce type de diabète peut aussi entraîner une insuffisance rénale qui, à plus ou moins long terme, est susceptible de nécessiter une dialyse, voire une greffe ou transplantation rénale.Le diabète de type2 est une maladie très invalidante responsable d’amputations, de cécités ou encore de décès précoces lorsqu’il ne fait pas l’objet d’un suivi médical sérieux. Pour détecter le plus tôt possible cette pathologie asymptomatique à ses débuts, la surveillance du taux d’acide urique s’impose.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X