Dermatologie des carnivores domestiques
Sommaire

6. Les Dermatoses Endocriniennes

6.1. Le syndrome de Cushing

Définition

Manifestations cliniques liées à une élévation du cortisol de l’organisme provoquée par des glucocorticoïdes d’origine endogène (hypophyse, surrénales) ou exogène (iatrogène: induit par le vétérinaire = corticoïdes).

Clinique - Polyuro- polydypsie, - Polyphagie, - Ptose abdominale (le ventre "pend" car il n’y a plus de muscles abdominaux) - Peau fine (papier à cigarette), - Alopécie du tronc symétrique et non prurigineuse, - Hyperpigmentation cutanée.

Traitement - Hypercorticisme hypophysaire (dérèglement hormonal interne): OP’DDD (Mitotane): 50 mg/kg/jour en 2 prises pendant 10 jours en moyenne. - Tumeur des glandes surrénales: exérèse chirurgicale. - Iatrogène (induit par les corticoïdes): aucun traitement, réduire progressivement les doses de corticoïdes.

6.2. Hyperthyroïdie canine

Etiologie

Thyroïdite auto-immune: inflammation de la glande thyroïde du fait d’une anomalie du système immunitaire.

Clinique

Alopécie non prurigineuse et symétrique au niveau du tronc; "queue de rat".

Traitement

Supplémentation thyroïdienne à vie: lévothyroxine sodique (Levothyrox) 10 à 20?g/kg 2 fois par jour. Les états kératoséborrhéiques sont à l’origine d’une odeur désagréable, associée au développement de squames de petites ou de grandes tailles. Ces troubles résultent d’anomalies du processus de kératinisation: - augmentation de l’activité de multiplication des cellules de la couche germinative de l’épiderme, - migration anormale des kératinocytes, - anomalies de la synthèse de la kératine, - anomalies dans la composition et/ou dans la production des lipides intercellulaires, - mauvais fonctionnement des glandes sébacées. Ils peuvent aussi résulter d’une mauvaise hydratation cutanée.

Ils sont le plus souvent secondaires à d’autres dermatoses (allergies, parasites, troubles hormonaux) ou, moins fréquemment, primitifs (séborrhée idiopatique, dermatoses répondant à l’administration de vitamine A, de zinc...).

Le traitement fait appel à l’identification et à la suppression de la cause lorsque cela est possible et aux shampooings antiséborrhéiques afin d’éliminer les squames en excès et de régulariser l’activité cellulaire. Dans les cas d’EKS primaires, le traitement topique est essentiel, car c’est souvent le seul disponible. La plupart des cas de séborrhée idiopathique peut être contrôlée efficacement avec une thérapie locale seule.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):