Halte au blues de l’hiver !

Certifié par nos experts médicaux MedisiteMarre de l’hiver ? La grisaille vous déprime, vous prenez du poids ? Et si c’était la dépression saisonnière ? Le point sur ce coup de blues, et sur les solutions pour s’en débarrasser !
Sommaire

Est-ce une dépression saisonnière ?

tasse de café chaud et un livre ouvert avec un plaid chaud sur le rebord de la fenêtre vintage contre paysage de neige ...© Istock

La dépression saisonnière s’installe à l’automne ou au début de l’hiver et dure jusqu’au printemps, en clair, d’octobre à mars.

A la différence de la dépression classique, elle ne survit pas à l’été et s’estompe dès les premiers rayons de soleil. Elle se caractérise par une fatigue permanente et une tendance à somnoler durant la journée, des sautes d’humeur, un sentiment de grande tristesse, voire de détresse, un manque inhabituel d’initiative et un besoin de sommeil accru.

Elle peut aussi entraîner une baisse de libido, des problèmes de concentration et de mémoire, des fringales (notamment de sucre), une perte ou, le plus souvent, une prise de poids…

Les causes du coup de blues hivernal

Il semble que la dépression saisonnière soit d’origine biologique et non psychologique. Elle serait liée au raccourcissement des journées en hiver.

L’organisme, moins exposé à la lumière solaire, fabriquerait en excès de la mélatonine, une hormone liée au sommeil. Celle-ci augmenterait le sentiment de fatigue, le manque d’entrain, et, chez un certain nombre d’entre nous, une forme de dépression bien particulière.

En parallèle, la baisse de luminosité ferait chuter la production d’une autre hormone, la sérotonine. C’est cette dernière qui serait à l’origine des fringales de sucres si caractéristiques de la dépression saisonnière, et d’une prise de poids.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.