Antidépresseurs : un risque de fractures accru avant et pendant le traitement

Si plusieurs études ont déjà mis en évidence un lien entre la prise d'antidépresseurs et un risque de chutes et de fractures accru chez les personnes âgées, des chercheurs canadiens et américains suggèrent que ce risque serait d'autant plus présent 16 à 30 jours avant la prescription du traitement.
Istock


Les effets secondaires des antidépresseurs
sont nombreux. Parmi eux, on retrouve les risques de chutes et de fractures chez les personnes âgées, ces médicaments pouvant entraîner des troubles de l'équilibre et visuels notamment. Mais une étude menée par des chercheurs canadiens et américains et publiée le 2 janvier 2019 dans la revue JAMA Psychiatry suggère également que ces risques seraient davantage présents plusieurs jours voire semaines avant le début du traitement.

Un pic de fractures du col du fémur observé 16 à 30 jours avant la prescription d'antidépresseurs

Pour arriver à ce constat, l'équipe de chercheurs a suivi 408 144 personnes âgées de 65 ans ou plus. Tandis que la moitié des participants avait une prescription pour des antidépresseurs (des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine dans la grande majorité des cas), l'autre moitié servait de groupe de contrôle. Des paires incluant une personne de chaque groupe ont été formées en fonction du sexe et de l'année de naissance.

Il a ainsi pu être observé que les personnes sous antidépresseurs avaient deux fois plus de fractures du col de fémur que les autres, ce au cours de l'année suivant le début du traitement (7137 contre 2625) mais également pendant celle précédant son initiation (5642 contre 2189). Encore plus surprenant : les chercheurs ont constaté que le risque de fractures du col du fémur était d'autant plus accru 16 à 30 jours avant la prescrition et 31 à 91 jours avant le début du traitement.

La dépression a un impact sur le métabolisme de l'os

Comment expliquer ce phénomène ? Selon les auteurs de l'étude, "les antidépresseurs et la dépression affectent le métabolisme de l'os, ce qui a une incidence sur les fractures du col du fémur avant et après l'initiation du traitement". Quant au pic de fractures 16 à 30 jours avant l'initation du traitement, "une possible explication […] tient au fait que l'hospitalisation liée à la fracture du col du fémur accentue les symptômes dépressifs, ce qui est connu du personnel soignant, qui initie de ce fait un traitement antidépresseur". A noter également que les personnes âgées sont plus touchées par la dépression que les autres tranches d'âge.

Mieux tenir compte de ces risques au moment de la prescription

Des risques dont les patients doivent être informés et dont les médecins doivent tenir compte avant la prescription du traitement antidépresseur, affirment les chercheurs : "Une approche préventive pragmatique est nécessaire, en commençant par choisir l'antidépresseur (éviter les molécules sédatives ou anticholinergiques), une dose initiale faible à augmenter selon un calendrier, en prenant en compte les autres traitements du patient notamment ceux qui pourraient augmenter les chutes, en détectant une ostéoporose mal gérée et en proposant des programmes de prévention aux patients avec d'autres facteurs de risque de chute."

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.