Sommaire

Gare à l’arrêt trop brutal de vos antidépresseurs

Antidépresseurs : les erreurs fréquentes des médecins et des patients© Istock

“Un arrêt trop rapide d’un traitement antidépresseur entraîne un risque de syndrome d’interruption brutale”, prévient le Dr Charles. “Si on prend une dose importante de ce médicament et qu’on l’arrête d’un coup, on peut avoir un déficit en sérotonine”.

Ce syndrome peut donner lieu à des symptômes désagréables, tels que des nausées, des tremblements, une irritabilité, un syndrome pseudo-grippal ou encore des troubles du sommeil. Ces derniers disparaissent généralement au bout de sept à dix jours, et ne doivent pas être confondus avec un retour de la dépression.

Le psychiatre précise également que cette réaction doit être différenciée du syndrome de manque, dans la mesure où les antidépresseurs ne causent jamais d’accoutumance. “On leur attribue parfois cette particularité à tort, parce qu’on les confond avec les anxiolytiques qui, eux, peuvent effectivement entraîner une dépendance - en particulier ceux de la famille des benzodiazépines”.

Sources

Dépression, Inserm, 1 août 2014. 

Antidépresseurs : Comment en faire bon usage ?, Info-depression.fr 

Données et statistiques sur le suicide, OMS, 2012. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.