Sommaire

Le vaccin AstraZeneca agite la communauté scientifique après l’apparition de plusieurs cas de thrombose ou de caillots sanguins, survenus après l'infection. Plusieurs pays européens ont suspendu ce vaccin momentanément.

L’ANSM et l'Agence européenne du Médicament ont mené une enquête et portent une attention toute particulière aux évènements thrombo-emboliques. "Les événements thromboemboliques [la formation de caillots sanguins, ndlr] sont extrêmement rares : on recense une trentaine de cas pour des millions de personnes vaccinées, rapporte le Dr Thomas Kassab, pharmacien officinal. Les thromboses ou la formation de caillots sanguins sont des pathologies fréquentes. La plus connue des maladies thromboemboliques est la phlébite et il n'y a pas besoin d'être vacciné pour être victime d'une thrombose, d'un caillot ou d'une phlébite".

AstraZeneca n’est pas le seul vaccin à impliquer certains effets secondaires. "Lorsque l'on fait une vaccination massive (de l'ordre de plusieurs millions de personnes), au vu du nombre de personnes vaccinées, il y aura forcément des cas fortuits de diverses maladies dues à la vie, dues aux antécédents, susceptibles d’être aggravés après un vaccin", ajoute le pharmacien.

Pour cette raison, chaque vaccin tout comme chaque médicament resté surveillé en permanence. Parce que nous ne sommes pas à l’abri d’un effet indésirable après une injection, le Dr Kassab nous donnes les bons réflexes à connaître si vous venez de vous faire vacciner contre la Covid-19. On cite notamment les médicaments qu’il vaut mieux éviter après la vaccination.

Vaccin : certains médicaments fluidifient le sang et perturbent le système immunitaire

Outre le risque de caillot sanguin qui reste très rare, les effets secondaires que l’on retrouve le plus souvent après le vaccin vont être une douleur au point de l'injection et une légère fièvre. "Cette dernière est gage que le vaccin fonctionne et que notre système immunitaire réagit pour produire des anticorps. Ces effets secondaires disparaissent rapidement", rassure le pharmacien.

Si toutefois les effets ne disparaissaient pas et venaient à s’amplifier, vous pouvez miser sur le paracétamol. Or, il faut rester prudent avec l’automédication.

"Comme l'injection est intramusculaire, dans le muscle deltoïde, certaines catégories de médicaments sont à éviter, met en garde le pharmacien. Dans le cas où la fièvre persiste, il faut avoir recours uniquement au paracétamol (Doliprane, ou Efferalgan, ou Dafalgan). Jamais d'ibuprofène (Advil, Nurofen, etc) et jamais d'aspirine".

Il faut renoncer à l'aspirine car elle fluidifie le sang. "Même si l'aiguille est très fine, l'injection provoque des microlésions du muscle. Donc, il vaut mieux éviter l’aspirine avant et après un vaccin. En ayant le sang trop fluide, il y a un risque de saignement".

Ensuite, le Dr Kassab conseille d’éviter tous les anti-inflammatoires. "Non seulement, ils fluidifient le sang, mais surtout ils peuvent interférer avec le système immunitaire. C’est pourquoi, en cas de douleurs post-injection, ou de fièvre, l'idéal est de se tourner vers le paracétamol qui n'interfère ni sur le système immunitaire ni sur la fluidité du sang", ajoute le spécialiste.

Pour éviter toute interférence, le pharmacien préconise d'éviter aspirine et anti-inflammatoires à compter de la veille de l'injection, et ce, jusqu'à une petite semaine après.

Sources

Merci au Dr Thomas Kassab, pharmacien officinal