Non, les soignants qui vivent dans votre immeuble ne vont pas vous contaminer !
Sommaire

Plus de risques en allant faire ses courses qu’en croisant son médecin

Plus de risques en allant faire ses courses qu’en croisant son médecin© Istock

Cet infirmier en libéral regrette toutefois le manque de moyens mis à disposition des soignants, et plus particulièrement des praticiens qui exercent en ville. “On commence à avoir des masques qui arrivent, j’ai été chercher mes 20 masques auprès de la police municipale hier. Mais on n’a pas de surblouse, de lunettes, de surchaussures... Notre circuit propre et circuit sale, nous devons l’établir nous-mêmes.

Ce qui, bien sûr, ne les empêche pas d’appliquer tous les gestes barrières pour assurer leur sécurité et celle de leur entourage. “Quelques collègues ont eu des cas de Covid-19 dans leur entourage, pour autant, nous n’avons eu aucun patient contaminé !”, se félicite le soignant. Ce dernier a d’ailleurs acheté du matériel (tensiomètre, saturometre,...) qu’il réserve exclusivement aux soins de patients Covid. “On fait aussi en sorte que dans la salle d’attente, il n’y ait qu’un seul patient à la fois”.

L’infirmier conclut : “oui on voit le virus régulièrement, mais on fait en sorte de ne pas l’attraper ni le transmettre”. Il considère qu’il y a “quelque chose d’irrationnel” dans le propos des auteurs de ces lettres anonymes, ou de toute personne qui redoute d’être contaminée par les soignants. “Certains patients ont peur d’aller chez le médecin, mais ils n’hésitent pas à faire des petites courses tous les jours. Pourtant, le risque est bien plus grand au supermarché !”

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Merci à Pierre Boquého, infirmier en libéral. 

Pressions, cambriolages : le sale quotidien de certains soignants en France, AFP médecine, 30 mars 2020. 

La Rochelle : une étudiante en soins infirmiers expulsée de son logement, Sud Ouest, 30 mars 2020.