Sommaire

Que se passera-t-il si on ne trouve pas de vaccin efficace ?

Que se passera-t-il si on ne trouve pas de vaccin efficace ?© Istock

Même si le vaccin contre le coronavirus n’a pas une efficacité de 100 %, il pourrait néanmoins permettre de diminuer le taux de transmission de la maladie et ainsi mettre fin à la pandémie. La fameuse “immunité collective”, dont on parle beaucoup, peut tout à fait être obtenue, à condition que suffisamment de gens soient vaccinés et que l’efficacité soit assez élevée.

Dans un article publié dans The Conversation, la microbiologiste britannique Sarah Pitt explique que la valeur R0 du SARS-CoV-2 serait comprise entre 4 et 6, selon les estimations actuelles de la communauté scientifique - soit la même que la rubéole. Cela signifie qu’une personne infectée contamine entre 4 et 6 autres individus.

“Le niveau de vaccination nécessaire pour produire une immunité collective et éliminer la rubéole est de 85 %”, indique la spécialiste. Dans l’exemple de la rubéole, il faudrait donc que 85 % des gens développent une résistance à la maladie grâce à la vaccination - ou éventuellement suite à une infection naturelle.

“L’immunité collective dépend du niveau d’immunisation protectrice des individus ; pour le Covid-19, ce pourcentage d’immunisation de la population est estimé à 70 % par l’Institut Pasteur. ”, précise Jean-Philippe Galhaud.

Sans vaccin, le dépistage massif est indispensable

Par ailleurs, en attendant de trouver un vaccin suffisamment efficace - ou dans l’hypothèse où nous ne le trouverions pas - la gestion de la pandémie repose sur le respect des gestes barrières, et le dépistage massif de la population.

“Si ce coronavirus était bénin, comme celui à l’origine des rhumes, on pourrait le laisser circuler et s’en accommoder”, énonce le scientifique. “Le problème, ce sont les cas graves, qui peuvent entraîner une saturation des hôpitaux et le décès des patients”. En l’absence de vaccin, le risque est donc que le virus continue à atteindre des personnes vulnérables. C’est pour cela qu’il faut continuer à tester beaucoup de monde, pour isoler au plus vite les porteurs du virus et ainsi casser les chaînes de contamination.

“Dans la pratique, il est compliqué pour les laboratoires de fournir suffisamment de tests à l’échelle de la population”, déplore le biologiste. "En effet, même si le gouvernement a permis, par différents arrêtés, d’augmenter le déploiement de moyens humains pour augmenter le nombre de prélèvements effectués, l’approvisionnement en réactifs et en machines reste difficile, car on est confronté à une demande mondiale”.

Or, pour identifier rapidement les cas positifs et pouvoir les isoler, il faudra encore augmenter la cadence de fabrication des tests et les déployer rapidement. Il faut donc espérer que nous serons en mesure de tenir ce rythme, le temps qu’il faudra.

Sources

Merci à Jean-Philippe Galhaud, biologiste et Directeur des Affaires Médicales du Groupe LABEXA.

Coronavirus: what will happen if we can’t produce a vaccine?, The Conversation, 13 août 2020. 

Procédure de mise sur le marché des vaccins, Vaccination-info-service.fr 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.