Coronavirus : en combien de temps meurt-on ?
Sommaire

Le coronavirus : “une crise de la pénurie”

Le coronavirus : “une crise de la pénurie”© Istock

"Le pronostic est plutôt bon en sortie de réanimation ; l’enjeu est plutôt celui des capacités de nos services de soins", explique le médecin. "Autrement dit : quelles sont nos capacités en réanimation ?" Les personnes dans un état grave mobilisent des lits dans ces services, or en France, "nous n’avons pas suffisamment de lits disponibles, si beaucoup de personnes sont touchées en même temps".

Il précise que le coronavirus a deux spécificités : un taux d’attaque (c’est-à-dire une contagiosité) extrêmement important et une évolution assez brutale.

Ainsi, le risque de mourir du coronavirus est extrêmement faible pour les patients ne présentant pas de facteurs de risque et qui sont bien pris en charge. Mais en raison de la forte contagiosité du virus, il est possible qu’il y ait trop de malades graves se présentant en même temps en regard de la capacité d’accueil des hôpitaux. "100 000 lits ont été supprimés en 20 ans", déplore l’urgentiste. "Le coronavirus est une crise de la pénurie - de masques, de tests, de lits…".

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Merci au Dr Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l'hôpital Hôtel-Dieu (AP-HP) de Paris et auteur de Coronavirus - Comment se protéger ? (éd. Archipoche – ses droits sont reversés à l’Institut Pasteur).