Constipation et grossesse : que faire quand on est enceinte et constipée ?

Certifié par nos experts médicaux MedisiteCourante en particulier en fin de grossesse, la constipation peut être gênante au quotidien. Quelle alimentation privilégier pour en venir à bout et quel traitement suivre ? Les conseils du Dr François-Xavier Aubriot, gynécologue obstétricien.

Définition de la constipation pendant la grossesse

La constipation se traduit par un retard ou une difficulté à déféquer et à évacuer les selles. Les selles sont rares, et généralement compactes, sèches, dures et petites. En général, une personne non constipée va à la selle entre 3 fois par jour et 3 fois par semaine. Selon les médecins, une personne est constipée quand elle produit moins de 3 selles par semaine.

"La constipation durant la grossesse est fréquente : elle s'observe ainsi dans 11 à 38% des cas et peut persister après l'accouchement durant 2 à 3 mois", souligne le Dr François-Xavier Aubriot, gynécologue obstétricien et auteur de l'ouvrage L'endométriose, mieux la comprendre, mieux la vivre (éditions Mango).

Pourquoi la constipation est-elle plus fréquente pendant la grossesse ?

La constipation apparaît le plus souvent dès les premières semaines de grossesse. Elle est due à l'afflux de progestérone. Cette hormone a pour effet de ralentir la motricité intestinale et, donc, le transit. La constipation s'accentue à l'approche du terme, en raison de l'augmentation du volume de l'utérus qui gêne le bon fonctionnement de la mobilité intestinale.

"Durant la grossesse il existe, surtout à la fin, une diminution de l'activité physique qui, rappelons-le, favorise le transit intestinal. Il n'est pas rare que les patientes aient peur de réaliser des efforts de poussée qui favorise l'émission des selles. Enfin on prescrit souvent durant la grossesse du fer pour éviter la survenue d'une anémie qui est très fréquente mais ce dernier favorise la constipation", indique le Dr Aubriot.

Symptômes : comment se manifeste la constipation chez la femme enceinte ?

En plus de l’irrégularité de l’évacuation des selles, les symptômes fréquents de la constipation pendant la grossesse sont :

  • Une défécation difficile ou douloureuse.
  • Des selles plus dures ou petites.
  • Une évacuation incomplète des selles.
  • Des ballonnements et des crampes.
  • Des gaz et des flatulences.
  • Des maux de ventre.
  • Des pertes d’appétit.

Que manger contre la constipation lorsqu'on attend un enfant ?

Votre premier objectif doit être d’augmenter votre consommation de fibres alimentaires. Il existe deux types de fibres : les fibres solubles et les fibres insolubles que vous pouvez consommer à parts égales.

Les fibres solubles

Attaquées par les bactéries, les fibres solubles deviennent visqueuses au contact des liquides, se collent aux aliments et favorisent ainsi le glissement des résidus jusqu’à leur évacuation.

Elles se cachent dans les végétaux. Vous en trouverez dans l’avoine (flocons, son, farine), l’orge, le psyllium, le sarrasin, les légumineuses (haricots rouges, blancs), les figues sèches, et dans une moindre mesure les fruits et légumes frais : carotte, courgette, asperge, fraise, pamplemousse, pêche, orange.

Les fibres insolubles

Les fibres insolubles fixent l’eau et augmentent ainsi le volume des selles ce qui favorise le transit intestinal.

Elles se cachent dans les céréales complètes, la rhubarbe, les brocolis, les choux de Bruxelles, les asperges, la poire mais aussi les fruits oléagineux comme les amandes, et les légumineux comme les pois chiches et les lentilles.

"Les pruneaux ont bonne réputation car ils sont riches en fibres et contiennent de la dihydroxyphénylisatine qui stimule le péristaltisme (contractions musculaires qui permettent la progression du contenu d'un organe creux). En revanche évitez les aliments qui ralentissent le transit comme le riz, le chocolat, la banane et les carottes cuites", souligne le Dr Aubriot.

Les bons gestes au quotidien pour prévenir la constipation pendant la grossesse

Activité physique

La sédentarité aggrave la constipation. Alors pour relancer le transit, marchez dès que vous le pouvez au moins 30 minutes par jour. Vous pouvez aussi faire du vélo qui accélère par un massage interne le fonctionnement de l’intestin.

Rituels journaliers

En cas de constipation avérée, essayez d’aller aux toilettes au moins 2 fois par jour, et de respecter une forme de rituel en vous y rendant à heures fixes. Après les repas, vos intestins se contractent naturellement afin de faciliter l’élimination des selles. Pensez ainsi à̀ aller aux toilettes une demi-heure après avoir mangé de préférence le matin et laissez venir naturellement les selles.

D’autre part, veillez à̀ répondre à l’envie d’aller à selle et de déféquer dès qu’elle se présente. Ne vous retenez pas donc et ne repoussez pas le moment d’y aller. Votre organisme s'habituera peu à peu à un horaire régulier.

Constipation et grossesse : qui, quand consulter ?

Quand les selles s'accumulent dans l'ampoule rectale, elles peuvent former ce qu'on appelle des fécalomes. En raison des efforts de poussée, la constipation peut aussi favoriser la survenue d'hémorroïdes. Elles peuvent parfois se thromboser formant ainsi un thrombus hémorroïdaire très douloureux nécessitant une consultation en urgence pour une prise en charge médicale voire chirurgicale.

"Quand la constipation devient vraiment gênante il est souhaitable de consulter afin qu'un traitement médical soit mis en route afin d'éviter tous ces inconforts. La survenue d'une occlusion intestinale est en revanche exceptionnelle", souligne le Dr Aubriot.

Quels sont les traitements pour lutter contre la constipation pendant la grossesse ?

Quand la constipation devient gênante et que le rééquilibrage alimentaire ne suffit pas, le médecin peut conseiller des laxatifs.

« On prescrit des laxatifs de lest qui augmentent le volume des selles comme les mucilages, les graines (le Psyllium), le son. Sont également conseillés des laxatifs osmotiques qui réhydratent les selles comme le PEG (Polyéthylènes glycol) ou les sucres (Lactulose, Lacticol, Sorbitol). En revanche les laxatifs irritants sont à éviter (comme l'aloes, le fucus, la bourdaine, le tamarin, le séné) car ils passent dans le sang ainsi que la barrière placentaire », souligne le Dr Aubriot.

« Dans certaines situations quand la mise en route des traitements a été retardée et que les selles déshydratées s'accumulent dans l'ampoule rectale formant des fécalomes,  il est possible de prendre des suppositoires à la glycérine voire des petits lavements (Microlax) qui favorisent la vidange du rectum », ajoute le Dr Aubriot.

Pourquoi l'hydratation est indispensable ?

L'avis du Dr François-Xavier Aubriot, gynécologue obstétricien

"Pour prévenir la constipation, il faut boire beaucoup de liquides, environ 1 à 1,5 litre par jour en débutant la journée par un grand verre d'eau froide le matin au lever. L'apport de liquide réhydrate les selles et favorise le transit. Il est préférable d'éviter l'eau gazeuse qui augmente le ballonnement intestinal et de préférer les eaux riches en sels  minéraux comme l'Hépar."

Site d'information et associations

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.