Sommaire

Vous n’êtes pas un cas isolé

Vous n’êtes pas un cas isoléVous venez de faire une fausse couche, c’est une étape difficile et douloureuse. Mais ne pensez pas être un cas isolé ou que quelque chose ne va pas chez vous. Comme le rappelle le Pr Didier Lémery, "les fausses couches précoces (avant 14 semaines d’aménorrhée) concernent 1 femme sur 4 avant 39 ans et représentent 12% des grossesses conçues*".

*On compte chaque année en France 800 000 naissances + 200 000 IVG + 200 000 fausses couches. Soit 1,2 millions de grossesses conçues au total.

Plus besoin d’attendre 2 à 3 cycles pour recommencer

Plus besoin d’attendre 2 à 3 cycles pour recommencerJusqu’ici, le conseil en vigueur était de dire aux femmes qui venaient de faire une fausse couche d’attendre deux à trois cycles -par exemple- avant de recommencer les essais bébés. Mais les choses devraient changer. Lors des 38e Journées du Collège national des gynécologues et obstétriciens français organisées en décembre 2014, des médecins ont émis de nouvelles recommandations. A une femme prête à recommencer, le Pr Lémery qui a présidé les travaux répond ainsi : "Tout de suite madame, si vous le voulez." Et de justifier : "D’après la littérature scientifique, il n’y a pas de bénéfices à faire attendre une femme après une évacuation utérine, quel que soit le mode*." Inutile donc qu’elle reprenne une contraception si elle souhaite retenter l’expérience immédiatement.

*Evacuation chirurgicale par aspiration ou médicamenteuse.

Pas plus de risques si vous retombez enceinte tout de suite

Pas plus de risques si vous retombez enceinte tout de suiteUne femme prête à se lancer de nouveau dans la conception d’un enfant après une fausse couche peut tomber enceinte dès le premier cycle. Dans ce cas, pas d’inquiétude. "Il n’y a pas plus de risque de fausse couche si une grossesse survient tout de suite" rassure le Pr Lémery.

Faites-le à votre rythme

Faites-le à votre rythmeSi les médecins disent aujourd’hui qu’une femme peut redémarrer les essais bébés immédiatement après une fausse-couche, ils ne disent pas que "c’est mieux" précise le Pr Lémery. "Ce qui compte avant tout c’est de le faire à leur rythme et si c’est tout de suite, cela n’obèrera pas la future grossesse."

Remerciements au Pr Didier Lémery, chef du service Obstétrique au CHU de Clermont-Ferrand, qui rapporte ldes recommandations pour la pratique clinique sur les pertes de grossesse du CNGOF

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.