Pourquoi manger du fromage au lait fermenté réduit le risque d’infarctus

Publié le 31 Octobre 2018 par Claire Ménage, journaliste santé
Une étude de la University of Eastern Finland publiée dans le British Journal of Nutrition le 29 octobre 2018, indique que les produits laitiers fernentés pourraient avoir des effets bénéfiques sur la santé cardiovasculaire.
Publicité

Le British Journal of Nutrition a publié le 29 octobre 2018, les résultats d’une étude de la University of Eastern Finland montrant que la consommation de produits laitiers fermentés tels que le fromage, les yaourts ou la crème fraîche réduiraient le risques d’infarctus. Les experts finlandais ont suivi durant 25 ans 1981 hommes, âgés entre 42 ans et 60 ans, sans antécédents médicaux, afin de déterminer en quoi le processus de fermentation pouvait améliorer la santé cardiaque. "Cela contredit les affirmations selon lesquelles le fromage pourrait bloquer les artères d'une personne et augmenter le risque de crise cardiaque car il contient beaucoup de gras saturé", assurent les chercheurs de l’étude. En effet, les données montrent que les produits laitiers fermentés auraient des effets positifs sur le cholestérol contrairement à une consommation importante de produits laitiers non-fermentés (crème glacée, beurre etc.) qui eux accentueraient les risques de maladies cardiaques.

A lire aussi :

Publicité
Publicité

26% de risques en moins d'avoir une crise cardiaque

Les participants ont été placés en 4 groupes, pour permettre de les étudier en fonction de la quantité de produits laitiers ingérés ainsi que de divers facteurs tels que le mode de vie et la nutrition. Les résultats ont montré que ceux qui consommaient le plus de produits laitiers fermentés avec moins de 3,5% de matières grasses "avaient un risque moins élevé de 26% par rapport à ceux qui consommaient le moins", rapporte l’étude. Au total : 472 hommes ont été victimes d’un événement coronarien, tel qu’une crise cardiaque. Les scientifiques peuvent affirmer que la fermentation des produits laitiers est à l’origine d’une réduction des risques de maladies cardiovasculaires. Le co-auteur de l’étude, Jyrki Virtanen a déclaré qu’"en Finlande, les habitudes de consommation de différents produits laitiers ont changé au cours des dernières décennies. La consommation de lait et de lait caillé a diminué, alors que de nombreux produits laitiers fermentés, tels que le yaourt, le fromage blanc et les fromages, ont gagné en popularité". Il est question ici de montrer également qu’il y a du bon et du mauvais cholestérol. Des recherches se sont intensifiées afin de ne pas confondre les effets positifs de certaines graisses sur notre santé, notamment les graisses saturées qui en réalité peuvent augmenter le "bon" taux de cholestérol. Aujourd’hui, l’étude reste en cours afin de préciser les avantages de la fermentation des produits laitiers.

Reconnaitre le bon et le mauvais cholestérol

Le cholestérol est une forme de lipide utile à l'organisme : il intervient dans la digestion, dans la composition des membranes cellulaires... Dans le sang, cette seule et unique molécule de cholestérol peut se lier à deux formes de protéines. Les protéines HDL (High Density Lipoprotein) se lient au cholestérol en excès pour qu'il soit éliminé par le foie : la molécule ainsi formée se nomme cholestérol HDL, connu comme le "bon cholestérol". Quant aux protéines LDL (Low Density Lipoprotein), elles amènent "normalement" le cholestérol aux cellules pour qu'il y soit utilisé. Mais en cas d'excès de LDL cholestérol, le cholestérol se dépose sur la paroi artérielle, ce qui augmente les risques de maladies cardiovasculaires. D'où son surnom de "mauvais cholestérol". Pour connaître votre taux de mauvais et de bon cholestérol, passez un bilan lipidique : une simple prise de sang à jeun suffit pour les différencier en laboratoire. Côté alimentation, ce n'est pas tant le cholestérol que vous devez surveiller, mais plutôt les acides gras saturés : en excès, ces derniers favorisent la production de mauvais cholestérol. Limitez notamment les plats industriels, le beurre, les viandes grasses, les aliments frits, les viennoiseries..

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X