20 aliments qui font baisser le mauvais cholesterol

Quoique (trop) répandu dans les sociétés occidentales, l'excès de cholestérol LDL peut avoir des conséquences dramatiques sur la santé cardiovasculaire. À long terme, les personnes qui en souffrent risquent l'infarctus du myocarde, l'accident vasculaire cérébrale ou une artérite des membres inférieurs.

"En France, le cholestérol serait à l’origine d’un infarctus sur deux et près de 20 % de la population adulte présenterait une hypercholestérolémie", rappelle la Fédération française de cardiologie sur son site. 

Cholestérol LDL ou HDL : quelle différence ? 

Attention, néanmoins, à la confusion. Le cholestérol n'est pas nécessairement mauvais, il s'agit même d'un lipide essentiel au bon fonctionnement de l'organisme. La majorité du cholestérol dont nous avons besoin est produit par le foie, le reste est apporté par l'alimentation. 

On distingue toutefois deux protéines permettant le transport de ces lipides dans le sang : 

  • Les lipoprotéines de haute densité (HDL) correspondent au bon cholestérol. 
  • Les lipoprotéines de faible densité (LDL) correspondent au mauvais cholestérol. 

Si les premières empêchent la formation de plaques d'athérosclérose sur la paroi des artères, et favorisent l'élimination de l'excès de cholestérol par le foie, les secondes ont l'effet inverse. D'où l'importance de surveiller régulièrement son taux, grâce à un bilan sanguin. 

Bilan lipidique : les taux à ne pas dépasser 

On considère que le taux de cholestérol LDL ne doit pas dépasser 1,6 grammes par litre de sang, tandis que le taux de cholestérol HDL doit être supérieur à 0,35 grammes par litre de sang. Le cholestérol total doit, quant à lui, rester inférieur à 2 g/l

Par ailleurs, le sang contient d'autres graisses, qui ne prennent pas la forme de cholestérol : on les appelle les triglycérides. Leur taux peut augmenter "après un repas riche et bien arrosé, lors d'une maladie du foie ou après la prise de certains médicaments", explique le Vidal de la santé. Il convient de le maintenir en dessous de la barre des 1,5 g/l

Sources

Nut consumption and risk of cardiovascular disease, total cancer, all-cause and cause-specific mortality: a systematic review and dose-response meta-analysis of prospective studies, BMC Medicine, 5 décembre 2016. 

Effects of apple juice on risk factors of lipid profile, inflammation and coagulation, endothelial markers and atherosclerotic lesions in high cholesterolemic rabbits. Setorki M, Asgary S, et al. Lipids Health Dis. 2009 Oct 5;8:39.

Le cholestérol, fedecardio.org 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.