Messieurs, votre barbe contiendrait plus de bactéries que la fourrure des chiens !

Publié le 17 Avril 2019 par Morgane Garnier, Journaliste Santé
D'après les résultats d'une étude suisse, les hommes qui ont une barbe seraient plus exposés aux bactéries que les chiens et leur fourrure...
Publicité

close-up of young bearded man touching his beard while standing against grey background© IstockUne étude qui pourrait faire passer l'effet de mode de la barbe. D'après les résultats d'un test mené en Suisse, la barbe des hommes serait un véritable nid à bactéries, puisqu'elle en contiendrait plus que la fourrure des chiens !

A la base, les scientifiques souhaitaient mener une expérience pour voir si les hommes, en subissant une imagerie par résonance magnétique (IRM) dans le même appareil utilisé par les vétérinaires pour examiner les chiens, pouvaient être vulnérables aux maladies propres à ces animaux. Des prélèvements bactériologiques ont ainsi été réalisés à partir des barbes de 18 hommes et des cous de 30 chiens de races différentes.

Publicité
Publicité

"Les chiens peuvent être considérés comme propres par rapport aux hommes barbus"

En comparant les résultats, "les chercheurs ont trouvé un nombre beaucoup plus élevé de bactéries sur la barbe des hommes que sur la fourrure des chiens", affirme le professeur Andras Gutzeit au Daily Mail. En effet, absolument tous les hommes inclus dans l'étude, âgés de 18 à 76 ans, avaient une barbe remplie de bactéries, tandis que ce n'était le cas que pour 23 chiens sur 30. Le reste des animaux possédaient une fourrure avec "des niveaux modérés" de germes.

Plus inquiétant encore : sept hommes en particulier présentaient des microbes semblant constituer une menace pour la santé humaine... Si les noms des bactéries en question et leurs effets potentiels n'ont pas été spécifiés, selon le Pr Gutzeit, "sur la base de ces résultats, les chiens peuvent être considérés comme propres par rapport aux hommes barbus".

Barbes et propreté, une sale histoire de pogonophobie ?

Des affirmations qui n'ont pas manqué d'interpeller les fervents défenseurs de la barbe, comme Keith Flett, fondateur du groupe d'intérêt britannique Beard Liberation Front, qui émet des réserves sur cette étude et dénonce une certaine pogonophobie - ou la phobie des barbes et autres poils sur le menton et les joues. "Je pense qu'il est également possible de trouver toute sorte de choses déplaisantes si l'on prélève des échantillons bactériologiques à partir des cheveux ou des mains, remarque-t-il. Je ne crois pas que les barbes en elles-mêmes ne soient pas hygiéniques. Il semble y avoir un flot constant d'histoires négatives à propos des barbes qui suggèrent que cela a plus rapport avec la pogonophobie qu'autre chose."

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X