Marcia Cross encourage le dépistage du cancer de l’anus… même si c’est embarrassant

Publié le 06 Juin 2019 par Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé
L’actrice Marcia Cross espère briser le tabou qui entoure le cancer de l’anus. Elle milite en faveur des examens rectaux de contrôle, afin de détecter la maladie de manière précoce.
Publicité

Marcia Cross encourage le dépistage du cancer de l’anus… même si c’est embarrassant© abacapress

Diagnostiquée d’un cancer de l’anus en novembre 2017, la star de Desperate Housewives revient sur cette maladie parfois tabou, et sur l’importance du dépistage précoce, dans une interview accordée au média américain CBS This Morning. Elle évoque également le cancer de son mari, qui serait dû au même virus que le sien.

Publicité

Pour l’actrice, les examens rectaux de routine peuvent sauver des vies

C’est en rendant visite à son gynécologue pour un examen rectal de routine que Marcia Cross a su que quelque chose n’allait pas. Remarquant un élément suspect, son médecin l’a orientée vers un chirurgien spécialisé. Après deux biopsies, le diagnostic est tombé : un cancer de l’anus.

L’actrice de 57 ans estime que cet examen lui a sauvé la vie, et encourage les gens à se soumettre à des contrôles annuels pour prévenir ce cancer. “Oui, vous pouvez-vous dire que c’est embarrassant, inconfortable. Mais avant que vous ne vous en rendiez compte, c’est déjà fini. Je veux dire, beaucoup de choses dans la vie ne sont pas amusantes. Mais vous pouvez le supporter”.

Le mot “anus” n’est pas tabou : “il faut juste s’y habituer”

Après six semaines de radiothérapie et deux semaines de chimiothérapie, Marcia Cross espère bien en finir avec la stigmatisation qui entoure cette maladie. “Je sais qu’il y a des gens qui ont honte. Tu as le cancer ! Et tu dois en plus avoir honte ? Comme si tu avais fait quelque chose de mal, parce qu’il a élu domicile dans ton anus ?”, se désole-t-elle. Même pour elle, prononcer le mot “anus” a pris un certain temps. “Il faut juste s’y habituer”.

Publicité
Publicité

Lorsqu’on lui demande comment Bree Van de Kamp, le rôle qu’elle campait dans Desperate Housewives, aurait réagi à l’annonce d’un tel diagnostic, elle pense qu’elle “n’en aurait parlé à personne”. La comédienne estime que beaucoup de gens feraient de même, et cela lui “brise le coeur”.

Pendant son traitement, la star a pu compter sur sa bande de copines, qu’elle surnommait avec humour “ses anges anaux”. Une façon de dédramatiser le cancer de l’anus et ses tabous. “Je n’arrêtais pas de me dire : ‘si cela ne me tue pas, c’est peut-être la meilleure chose qui aurait pu m’arriver.’ Parce cette expérience d’être autant aimée, ça m’a époustouflée”.

Le papillomavirus, à l’origine de nombreux cancers

Au cours de sa prise en charge, Marcia Cross a appris que son cancer était probablement lié au papillomavirus (VPH). Soit le même virus qui avait causé le cancer de la gorge de son mari, Tom Mahoney, en 2009. Selon la Société Nationale Française de Colo-Proctologie, “le cancer épidermoïde de l’anus est presque toujours associé à la présence de l’human Papilloma virus”.

Publicité

Extrêmement répandu, il est souvent transmis lors des rapports sexuels, et peut aussi causer un cancer du col de l’utérus, des organes génitaux ou de la gorge. Mais les types de VPH qui causent le plus de cancers peuvent être prévenus grâce à un vaccin annuel.

Aujourd’hui, Marcia Cross estime qu’elle se porte bien. “J’ai l’impression de revenir à la normale, même si c’est une nouvelle normalité”, explique-t-elle. Si l’actrice estime qu’elle ne considèrera jamais sa rémission comme acquise, elle se réjouit désormais de “tout ce que [son] corps peut faire”... y compris les choses les plus simples, comme “aller aux toilettes”.

Comment se passe le dépistage du cancer de l’anus ?

Un toucher rectal permet de détecter une masse dans la région anale. Cette tumeur peut parfois entraîner une gêne ou des démangeaisons. Afin de préciser son diagnostic, le médecin peut pratiquer une anuscopie. Pour confirmer la nature cancéreuse de la lésion, il est impératif d’en analyser un échantillon prélevé par biopsie.

Publicité

La Société Nationale Française de Colo-Proctologie précise que “ces examens de dépistage permettent de diagnostiquer des lésions au stade précancéreux, et de les traiter efficacement avec un traitement moins lourd qu’au stade de cancer”.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X