Ganglion du cou : pourquoi c'est douloureux au toucher ?

La présence d'un ganglion au cou (on parle d'adénopathie cervicale lorsqu'un ganglion fait plus de 1 centimètre) est souvent source d'inquiétude pour de nombreuses personnes. Pourtant, tous les ganglions ne sont pas systématiquement synonymes de pathologies graves telles qu'un cancer de la gorge ou un lymphome. Pour ne pas s'inquiéter inutilement, il faut savoir distinguer les différents types de ganglions et leurs caractéristiques et comprendre dans quels cas ils peuvent être douloureux.

Publicité

Localisation des ganglions au cou

© Istock©iStock

Les ganglions qui font leur apparition au niveau du cou peuvent se trouver en dessous de la mâchoire, de chaque côté, sur la face antérieure du cou. Ils peuvent également apparaître directement sur les côtés du cou, de façon symétrique. Généralement, il s'agit simplement de ganglions lymphatiques naturellement présents dans cette zone et qui gonflent en réponse à une infection. En effet, les ganglions lymphatiques sont notamment chargés de fabriquer et de stocker les lymphocytes, les globules blancs qui s'attaquent aux virus et aux bactéries.

Publicité
Publicité

Caractéristiques des ganglions du cou

Les ganglions dont le volume augmente peuvent être indolores ou douloureux, durs ou mous, mobiles ou pas. Si les ganglions que vous percevez sont douloureux, c'est qu'ils sont souvent sans danger. En effet, un ganglion lymphatique devient douloureux lorsqu'il combat une infection (dont la gravité peut être variable). Les agents pathogènes qui passent dans le système lymphatique vont être piégés par les ganglions, qui vont les filtrer afin de les empêcher d'atteindre la circulation sanguine : c'est ce qui participe à l'apparition de la douleur. Dans le cas des ganglions du cou, il s'agit souvent d'une infection ORL. Ce sera vérifié si l'adénopathie est d'apparition récente, que le ganglion est douloureux, mobile et mou (d'autant que d'autres symptômes tels que de la fièvre retiendront l'attention). En revanche, on pourra légitimement penser à une tumeur si la masse est indolore, indurée et fixée.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X