Cancer de la vessie : les symptômes encore méconnus par les Français

Le cancer de la vessie est encore mal connu de la grande majorité de Français, si l’on en croit une nouvelle enquête menée par Opinion Way. Vous êtes nombreux à confondre ses symptômes avec ceux de la cystite. Pourtant, ils sont à prendre au sérieux. On le passe en revue.

Le cancer de la vessie fait 13 000 nouvelles victimes chaque année en France. Il est le deuxième cancer de l’appareil urinaire le plus fréquent en France, après celui de la prostate. Dernièrement, l’Alliance Merck-Pfizer et l’association de patients Cancer Vessie France les Zuros ont publié un sondage réalisé avec Opinion Way afin de mettre en évidence les nombreuses idées reçues qui circulent à propos de ce cancer.

Et pour cause, le cancer de la vessie est un cancer qui évolue silencieusement dont les symptômes peuvent facilement être confondus avec ceux de l’infection urinaire. "Cela le rend d’autant plus difficile à détecter à temps, ce qui est pourtant crucial pour augmenter les chances de guérison", déplore l’association Cancer Vessie France dans un communiqué.

"Le nombre de personnes touchées directement ou indirectement par le cancer de la vessie est non négligeable et cela met en exergue un besoin de mieux informer sur ce cancer dont on parle peu", souligne Frédérick Merlier, Président de l’association de patients. 

Actuellement, ¼ des Français n’est pas en mesure de citer de symptômes à surveiller. Et pour cause, ces derniers présentent des similitudes avec ceux de l’infection urinaire ou paraître anodins. On les liste dans notre diaporama.

Cancer de la vessie : êtes-vous à risque ?

Le plus souvent, ce cancer se forme à partir des cellules de la muqueuse (épithélium urothélial) : on parle alors de carcinome urothélial. Le cancer de la vessie représente 90% des cancers urothéliaux, ajoute l’association.

"Si l’âge moyen au diagnostic est de 70 ans, le cancer de la vessie touche aussi des personnes plus jeunes, met en garde Cancer Vessie France. Même si cette réalité est moins fréquente, il est important que les populations les plus jeunes aient conscience qu’un cancer de la vessie peut survenir à 30 ou 40 ans".

Quant aux facteurs de risques, ils sont nombreux : on retrouve l’exposition aux substances cancérigènes, le tabac ou encore les cystites à répétition.

"La réalité sur la guérison de ce type de cancer peut malheureusement être plus sombre"

Toujours selon le sondage, plus de 60% des Français pensent que les chances de guérison d’un cancer de la vessie sont élevées. Or, "la réalité sur la guérison de ce type de cancer peut malheureusement être plus sombre, notamment si des métastases se sont développées à distance de la vessie", déplore l’association. Le traitement et la prise en charge dépendent avant tout de l’agressivité et du stade d’avancement du cancer.

Heureusement, les avancées de la recherche, notamment à travers les potentiels de l’immunothérapie, sont source d’espoir : "Le recours à l’immunothérapie marque un réel changement dans la prise en charge des patients et modifie le traitement standard des formes avancées de ce cancer face auxquelles on disposait jusqu’alors de peu d’options", conclut le Docteur Yohann Loriot, Oncologue médical à Gustave Roussy, Villejuif.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

mots-clés : Cancer
Source(s):

Association de patients Cancer Vessie France les Zuros

Alliance Merck-Pfizer 

Sondage Opinion Way