Cancer : faut-il se méfier des colorations permanentes pour cheveux ?

Ecouter l'article :

Difficile de passer à côté de la dernière étude parue dans le British Medical Journal (BMJ), faisant le lien entre coloration pour cheveux et risque de cancer. Cette dernière a été reprise maintes fois par la presse du monde entier. Les scientifiques ont constaté que les femmes qui se teignaient les cheveux auraient un risque légèrement accru de carcinome basocellulaire, de cancer du sein et de cancer de l'ovaire. Qu’en est-il réellement ?
Istock

Une nouvelle étude publiée dernièrement au sein du British Medical Journal (BMJ) associe les colorations permanentes pour cheveux aux risques de cancer. La recherche a été menée sur 36 ans après de 117 200 infirmières inscrites à la Nurses Health Study, aux États-Unis.

Ces dernières n’étaient pas touchées par le cancer au départ de l’étude et ont rapporté des informations sur leur utilisation personnelle de teintures capillaires permanentes. "Aux États-Unis et en Europe, on estime que 50-80% des femmes et 10% des hommes de plus de 40 ans ont recours à la teinture pour les cheveux", soulève le BMJ.

Les chercheurs voulaient dont évaluer l’impact de ces habitudes capillaires sur la santé, et plus particulièrement sur le risque de contracter un cancer. Si les colorations permanentes pour cheveux n’impliquent à première vue pas de hausse des risques de tumeurs, elles semblent légèrement augmenter les risques de carcinome basocellulaire, cancer du sein et cancer de l'ovaire, selon les résultats de l’étude. Or, "il n'y a pas d'avertissement concernant l'utilisation personnelle car les preuves existantes ne sont pas concluantes", estime le BMJ.

"Aucune association positive n'a été trouvée entre l'utilisation personnelle de teinture capillaire permanente et le risque de la plupart des cancers et la mortalité liée au cancer. Le risque accru de carcinome basocellulaire, de cancer du sein et de cancer de l'ovaire, et les résultats mitigés des analyses stratifiées par la couleur naturelle des cheveux justifient une enquête plus approfondie".

Suite à cette étude, la presse entière a fait écho des potentiels risques des colorations permanentes pour cheveux. L’American council of science and heart a ainsi tenu à réagir : les choses ne sont pas si simples.

Cancer : "le risque augmentent en fonction de la quantité cumulée de colorants"

Pour mieux comprendre le risque de cancer lié à l'utilisation de teinture capillaire, les chercheurs ont analysé les données de 117 200 femmes, basée au Brigham and Women's Hospital (Boston).

"L'utilisation de colorants permanents était associée à un risque légèrement accru de carcinome basocellulaire de la peau, et ce risque était plus élevé chez les femmes aux cheveux naturellement clairs", partage le BMJ.

Un risque accru de trois types de cancer du sein (récepteur négatif aux œstrogènes, récepteur négatif à la progestérone et récepteur hormonal négatif) et de cancer de l'ovaire était également lié à l'utilisation de colorants permanents.

"Le risque augmentent en fonction de la quantité cumulée de colorants auxquels les femmes étaient exposées", notent les chercheurs.

En outre, chez les femmes aux cheveux foncés, un risque accru de lymphome hodgkinien a été observé.

L’explication selon les scientifiques ? La concentration des ingrédients des teintures capillaires permanentes. "Les couleurs plus foncées ayant des concentrations plus élevées", notent-ils.

Cancer et colorations permanentes : "les liens sont obscurs et nécessitent plus de recherches"

Attention, il s’agit d’une étude observationnelle. Les auteurs soulignent également certaines limites, notamment le manque de diversité raciale des participants à l'étude, qui comprenait principalement des femmes américaines blanches d'ascendance européenne, et la possibilité que d'autres facteurs non mesurés, tels que l'utilisation d'autres produits, aient influer sur les résultats. Ils ajoutent que les associations positives pour certains cancers avec différents types de couleur de cheveux justifient une enquête plus approfondie.

En outre, l’American council of science and heart appelle à la prudence. "Il n'y a probablement aucun lien entre la couleur naturelle des cheveux ou l'utilisation de colorants et le cancer. Tous les liens sont obscurs et nécessitent plus de recherches", assure l’organisme avant de suggérer que "la seule explication crédible de ces résultats est le hasard".

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

mots-clés : Cancer