J’ai survécu à un cancer du côlon… et celui-ci m’a marquée à jamais
Sommaire

C’est pour son fils et sa famille qu’elle trouve la force de se battre

J’ai survécu à un cancer du côlon… et celui-ci m’a marquée à jamais© Istock

Si Elisabeth n’a jamais baissé les bras, dans son combat contre le cancer, c’est en grande partie pour son fils et sa famille. “Je devais me battre pour lui, je ne pouvais pas le laisser”. C’est aussi parce que les médecins ont toujours été très positifs à son égard.

Elle dit aussi avoir eu la chance de ne pas perdre la totalité de ses cheveux, un effet secondaire fréquent de la chimio, souvent difficile à accepter pour une femme. Celui-ci a une résonance psychologique, dans la mesure où il impacte la féminité dans son essence même.

Malgré sa force, Elisabeth connaît des hauts et des bas durant sa maladie. “J’ai souffert de douleurs au foie et au pancréas pendant la chimio. Les médecins ont cru que la tumeur s’était propagée à ces organes”. Finalement, ils finissent par découvrir que ces douleurs sont des effets secondaires de la chimiothérapie, et non une recrudescence du cancer.

“Même si on s’habitue au fait d’attendre, l’attente des résultats est toujours difficile”, souligne la patiente. On lui fait également des prises de sang régulières pour savoir comment elle réagit à la chimio, qui peuvent amener à des traitements supplémentaires - “comme des piqûres pour booster les globules blanc, par exemple”.

“Parfois, on veut baisser les bras. Mais les médecins sont toujours là pour nous rappeler les rendez-vous. Notre vie devient très rythmée pendant le traitement, et c’est parfois sortir de ce rythme qui est dur”.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Merci à Elisabeth de nous avoir confié son histoire.

La rédaction vous recommande sur Amazon :