J’ai survécu à un cancer du côlon… et celui-ci m’a marquée à jamais
Sommaire

Les médecines alternatives : un coup de pouce pour supporter le traitement

J’ai survécu à un cancer du côlon… et celui-ci m’a marquée à jamais© Istock

Habitant près de Saint-Etienne, Elisabeth peut bénéficier des médecines parallèles proposées au centre Hygée (Centre de prévention, d’éducation et de recherche sur les cancers), par la Ligue contre le cancer. Celles-ci lui permettent de diminuer un peu ses douleurs dorsales - ou au moins, de mieux les gérer au quotidien.

“J’ai eu la chance de rencontrer le docteur en charge de ce centre. Il m’a conseillé de pratiquer des activités physiques ainsi que dela méditation de pleine conscience”. Elisabeth bénéficie alors de 10 séances, financées par la Ligue contre le cancer.

Enthousiasmée par cette pratique, Elisabeth veut continuer à l’issue de ces séances. En accord avec deux autres membres, une association est créée : Méditons Zen’Semble. Celle-ci propose des séances de méditation ouvertes à tous, à Saint-Etienne et à Villars.

Elisabeth va également voir un magnétiseur, pour l’aider à gérer le traitement se son cancer du côlon. “Lorsqu’on est malade, il ne faut pas hésiter à s’ouvrir”, précise-t-elle. S’ouvrir aux autres, mais aussi faire preuve d’ouverture d’esprit - notamment face aux éventuelles médecines parallèles qui peuvent vous être proposées, et aux structures qui existent. “Elles peuvent nous embellir un moment de la journée, nous donner un peu d’espoir”.

D’autant qu’on peut parfois se sentir isolé.e. “La maladie nous rend seule, même si on est entouré par les médecins ou la famille. On est seule dans cette situation, on ne peut pas forcément tout dire, et les autres ne peuvent pas s’imaginer ce que l’on traverse, même s’ils nous soutiennent”, explique-t-elle.

“Mais il ne faut surtout pas se refermer sur soi. Discuter avec d’autres patients, comme j’ai pu le faire dans mon groupe de méditation, peut aider. On voit qu’ils sont confrontés aux mêmes problèmes que nous”. Selon elle, il faut faire la démarche d’aller vers les autres, car ces derniers ne viendront peut-être pas d’eux-mêmes.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Merci à Elisabeth de nous avoir confié son histoire.

La rédaction vous recommande sur Amazon :