Cancer : le nombre des cas va augmenter de 60% d'ici 20 ans !

Ce mardi 4 février, se déroule la Journée mondiale de lutte contre le cancer. L’occasion pour l’OMS de faire un point. D’après son rapport, le monde connaîtra une augmentation de 60 % des cas de cancer au cours des vingt prochaines années. Un enfant sur 2 qui naît aujourd'hui sera également touché.

Dans un rapport, l'agence spécialisée des Nations unies a averti que si les tendances actuelles se poursuivent, le monde connaîtra globalement une augmentation de 60 % des cas de cancer au cours des deux prochaines décennies.

Un bond de 81% des cas de cancer dans les pays pauvres

Pire encore, d’ici 2040, ils augmenteront de 81 % dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, qui enregistrent actuellement les plus faibles taux de survie.

Selon l’organisation, cette situation s’explique par le fait que ces pays ont dû consacrer des ressources sanitaires limitées à la lutte contre les maladies infectieuses et à l’amélioration de la santé mère/enfant. Leurs services de santé sont également très mal équipés pour prévenir, diagnostiquer et traiter les cancers.

Par ailleurs, en 2019, plus de 90 % des pays à revenu élevé ont indiqué que leur système de santé publique disposait de services complets de traitement du cancer, contre moins de 15 % pour les pays à faible revenu.

“C’est un coup de semonce qui nous appelle tous à nous attaquer aux inégalités inacceptables qui existent entre pays riches et pays pauvres concernant les services de lutte contre le cancer”, a déclaré le Dr Ren Minghui, sous-directeur général, dans le communiqué.

“Lorsque les individus ont accès aux soins primaires et aux systèmes d’orientation, il est possible de détecter le cancer à un stade précoce, de le traiter efficacement et de le guérir. Le cancer ne devrait s’apparenter à une condamnation à mort pour personne et nulle part.”

Un bond de 81% des cas de cancer dans les pays pauvres© Medisite.fr

Sources : Données de l'OMS. Crédit : Medisite.

Prévenir le cancer permettrait de sauver 7 millions de vies

Pour prévenir le cancer, l’OMS se veut pourtant optimiste : “des progrès sont possibles dans les pays les plus pauvres”.

“Si nous identifions les données scientifiques les plus appropriées à la situation de chaque pays, si nous fondons de solides mesures de lutte contre le cancer sur la couverture sanitaire universelle et si nous mobilisons les différentes parties prenantes pour qu’elles travaillent ensemble, nous pourrions sauver au moins 7 millions de vies au cours de la prochaine décennie”, a affirmé le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS.

Axel Khan, le président de la Ligue contre le cancer interviewé par RTL, se veut lui aussi positif :

"La mortalité par cancer va continuer de reculer. Je suis cancérologue depuis 52 ans. Je vois les progrès réalisés. Je vois que certains cancers mortels quand j'avais 30-40 ans sont désormais guérissables systématiquement aujourd'hui. Il y a un espoir. La recherche fait incontestablement des progrès avec de nouvelles perspectives."

Mais pour faire reculer le cancer, il faudra suivre des mesures concrètes. D’après l’OMS, les suivantes sont essentielles :

  • la lutte contre le tabagisme (responsable de 25 % des décès par cancer) ;
  • la vaccination contre l’hépatite B pour prévenir le cancer du foie ;
  • l’élimination du cancer du col de l’utérus par la vaccination contre le papillomavirus humain (PVH) ;
  • le dépistage et le traitement du cancer (comme l’accès aux soins palliatifs).

La principale difficulté pour les pays consistera à sélectionner des traitements en tenant compte de leur coût, de la faisabilité de ces derniers et de leur efficacité.

Chaque État devra ensuite choisir les thérapies innovantes appropriées, tout en reconnaissant que les traitements établis, peuvent contribuer à lutter contre le cancer sans entraîner de difficultés financières.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.