Sommaire

Les viandes low cost : moins la viande est chère, plus elle est grasse !

Les viandes low cost : moins la viande est chère, plus elle est grasse !© Istock

Selon Raphaël Gruman, les viande low cost constituent la première catégorie de viandes à éviter au supermarché. Pour quelle raison ? Tout simplement car les viandes les moins chères sont aussi les plus grasses. "Préférez manger de la viande moins souvent, mais choisissez-la de meilleure qualité", conseille l’expert. Cela n’aura donc pas beaucoup d’impact sur votre porte-monnaie et votre organisme vous dira merci.

"Ce n’est pas une question de marque, mais plutôt de gamme de prix"

"Ce n’est pas vraiment une question de marque, mais plutôt de gamme de prix, nous partage le nutritionniste. Les marques premier prix présentent souvent des viandes à bas morceaux : des viandes très grasses. Moins la viande coûte cher, plus elle est susceptible d’être grasse".

En réalité, ce qui coûte cher, c’est la partie musculaire de l’animal. C’est aussi celle qui est la plus intéressante d’un point de vue nutritionnel et celle qui contient le moins de graisses saturées. Cette partie fait cruellement défaut aux viandes low cost.

Supermarché : votre viande ne doit pas contenir plus de 15 % de matière grasse

"Si l’on recommande consommer moins de viande, c’est justement à cause de la graisse saturée, ajoute Raphaël Gruman. C’est elle qui est cancérigène et qui peut causer des maladies cardiaques".

Ainsi, lorsque vous choisissez votre viande au supermarché, choisissez des morceaux avec maximum 10 à 15% de matière grasse. À titre d’exemple, un bon steak contiendra uniquement 5% de matière grasse. Préférez les viandes maigres. Encore une fois, ce n’est pas la marque qu’il faut regarder. "Vous avez des marques de distributeur qui sont premium", soulève le nutritionniste.

Découvrez la coque de masque qui vous aide à mieux respirer sous votre masque !

Sources

Merci à Raphaël Gruman, nutritionniste et auteur de Je me soigne avec les medonutriments, (éd. Leduc.S)

Merci à Alexandra Retion, diététicienne et auteure de SOS Nutrition (éd. First)

Cancérogénicité de la consommation de viande rouge et de viande transformée, OMS, octobre 2015

La viande : privilégier la volaille et limiter les autres viandes (porc, bœuf, veau, mouton, agneau, abats) à 500 g par semaine, PNS

mots-clés : Cancer
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.