Sommaire

Jambon blanc : de l’eau au prix de la viande !

Jambon blanc : de l’eau au prix de la viande !© Istock

Produits testés : Jambon 4 tranches 180 g : Fleury Michon : 3 € ; Leader Price : 1,99 € (prix retenus le 6 juin 2018)

Verdict : bof !

La viande vient toujours du porc, mais le prix dépend du morceau choisi. Le jambon est en principe extrait de la cuisse arrière, plus riche en viande et moins grasse. Mais dans ceux de qualité standard, on retrouve très souvent de l’épaule, qui a été hachée, reconstituée et cuite, parfois avec os pour alourdir la note.

Ils sont généralement préparés dans une saumure additionnée d’agents conservateurs, exhausteurs de goûts, stabilisateurs et d’une plus grande quantité de sel. Utiles pour la conservation, ils augmentent cependant la rétention d’eau du produit. On vend ainsi au consommateur de l’eau au prix du jambon !

Café et chocolat : une bonne affaire

Produits testés : Café paquet 250 g : Carte Noire 3,80 € ; Leader Price 0,96 € / Chocolat au lait 100 g : Lindt 1,30 € ; Leader Price 0,90 € (prix retenus le 6 juin 2018)

Verdict : Oui si le produit est bien choisi.

De marque ou discount, un produit 100 % café ne contient que du café ! Les différences de prix sont plutôt à chercher du côté de la variété, de la provenance, de la qualité et du type d’emballage. Côté chocolat, vérifiez sa composition.

En Europe, la législation permet aux fabricants de remplacer jusqu’à 5 % de beurre de cacao par des graisses végétales moins chères (huile de palme, mauvaise pour le coeur). Pâte et beurre de cacao doivent être en bonne place avec au moins 30 % de cacao pour du chocolat au lait, et 50 % pour du noir.

Poulet et boeuf : une viande qui n’en a que le nom...

Poulet et boeuf : une viande qui n’en a que le nom...© Istock

Produits testés : Poulet 1,3 kg : fermier Label Rouge 9 € ; Label Rouge Leader Price 4 € le kilo / Steak de boeuf 150 g : Charal 2,90 € ; Leader Price 1,49 € (prix retenus le 6 juin 2018)

Verdict : Pas top. Selon l’organisme "Protection nationale pour les animaux de ferme", les poulets standards sont élevés intensivement dans des hangars sans fenêtre. Ils sont abattus à environ 40 jours (deux fois plus tôt que les poulets Label Rouge ou bio), sont plus gras avec une chair moins ferme et des os cassants.

Côté bœuf, la plus grosse partie des produits commercialisés provient de vieilles vaches laitières de réforme, de génisses et de taurillons. Leur alimentation très riche leur donne une chair peu tendre.

Plats préparés en conserve : à éviter

Plats préparés en conserve : à éviter© Istock

Produits testés : Conserve Cassoulet 840 g : William Saurin 2,35 € (Auchan.fr) ; Leader Price 0,87 € (prix retenus le 6 juin 2018)

Verdict : Pas terrible. "Manger trop de produits industriels n’est pas bon pour la santé, car les fabricants rognent sur les matières premières pour faire baisser les prix", explique le nutritionniste Jean-Michel Cohen dans son ouvrage Savoir manger, le guide des aliments.

En clair, moins le prix est élevé, plus la qualité baisse. Les moins beaux légumes sont ajoutés, il y a moins de viande, plus de pâtes, de riz ou de pommes de terre aux coûts minimes et plus d’additifs et d’arômes artificiels pour donner du goût. On ajoute même des protéines végétales (soja, blé…) pour simuler une meilleure consistance.

Pâtes et riz : la bonne affaire ?

Pâtes et riz : la bonne affaire ?© Istock

Produits testés : Spaghettis 500 g : Panzani 1,38 € (Auchan.fr) ; Leader Price 0,65 € / Riz 1 kg : Taureau ailé 3,62 € (Auchan.fr) ; Leader Price 1,95 € (prix retenus le 6 juin 2018)

Verdict : Oui, mais... Les pâtes alimentaires sont en général très correctes. Le prix est bas car les discounters ont une marge très serrée, rognent sur le type d’emballage, la présentation et la publicité. Côté riz, la différence est plutôt à chercher sur la variété et la provenance.

Attention à certaines nouilles vendues dans les magasins d’origine allemande (Lidl, Aldi). En France, les pâtes sont fabriquées avec du blé dur pour une bonne tenue à la cuisson. Mais nos voisins allemands mélangent blé dur et blé tendre (trois fois moins cher) pour un goût farineux et collant.

Confitures : peu de fruits, trop de sucre !

Confitures : peu de fruits, trop de sucre !© Istock

Produits testés : Confiture de fraises pot 370 g : Bonne Maman 2,44 € (Auchan.fr) ; Marque Auchan : 1,25 € (prix retenus le 6 juin 2018)

Verdict : Evitez-les ! Dans une confiture de bonne qualité, on trouve plus de fruits que de sucre. Les proportions sont inversées pour le même produit version discount, et le sucre a été remplacé par du sirop de glucose-fructose, beaucoup moins cher. Mais sa consommation quotidienne favorise le diabète et la constitution de stocks de graisses, notamment de triglycérides. Il favorise aussi l’obésité et les maladies cardio-vasculaires.

A savoir : Ce sirop est présent dans de nombreux biscuits, sodas et boissons discount... mais aussi de marque !

Lait, oeufs, yaourts : attention aux arnaques !

Lait, oeufs, yaourts : attention aux arnaques !© Istock

Produits testés : Lait 1l demi-écrémé : Lactel 1,56 € (Auchan) ; Marque Auchan 0,90 € / 12 œufs : Lustucru 3,67 € (Cora) ; Leader Price 1,62 € / Yaourts natures 16 pots 125 g : Danone 2,43 € (Auchan.fr) ; Leader Price 1,90 € (prix retenus le 6 juin 2018)

Verdict : Pourquoi pas ? Marque ou pas, le lait provient d’élevages intensifs. Idem pour les œufs de poules élevées dans de piètres conditions, et dans lesquelles on trouve des traces d’antibiotiques (ils évitent les épidémies mais sont interdits pour les Label Rouge et bio). Les yaourts sucrés discount sont moins intéressants car ils contiennent du sirop de glucose-fructose.

Attention : Pour adoucir les prix, le grammage est baissé. Regardez le prix au kilo.

Hard discount ou premiers prix : que choisir ?

Hard discount ou premiers prix : que choisir ?© Istock

Selon l’association Familles rurales, les "Premiers prix" lancés par les grandes surfaces sont de moins bonne qualité nutritionnelle et gustative que les "MDD" (marques de distributeur : Repère pour E.Leclerc) et les produits hard discount.

Un conseil : Préférez les marques de distributeurs et les produits hard discount. Pour une MDD, les fabricants reproduisent la formule, presque à l’identique, d’un produit de marque, en économisant les dépenses de recherche et de marketing.

Les hard-discounters rognent sur la qualité mais moins que les Premiers prix, avec en plus de belles surprises au détour d’un rayon : de nombreux produits bio !

Attention à la composition des produits

Le seul moyen de savoir vraiment ce que vous mangez est de prendre le temps de déchiffrer les étiquettes. Lisez attentivement la composition du produit. Les ingrédients sont présentés par ordre décroissant de quantité. Gardez toujours en tête ce que vous désirez consommer.

Sans nul doute, vous préférerez savourer de temps à autre une mousse au chocolat digne de ce nom (chocolat, beurre, œuf, sucre…), plutôt que de manger régulièrement son ersatz en 1er prix (lait entier, sirop de glucose, sucre, crème fraîche, chocolat en poudre 4 %...).

Idem pour un pain d’épice préparé avec une dizaine de substances, mais pas de miel, alors que la recette traditionnelle en prévoit plus de 50 % !

Vidéo : Top 3 des aliments nocifs vendus en supermarché

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.