Sommaire

Les amphétamines et les anticoagulants comme l'aspirine : facteurs d'AVC

AVC : les médicaments qui augmentent vos risques© Istock

“La prise d’amphétamines multiplie par cinq le risque d’hémorragie cérébrale”, met en garde le Pr. Leys. Une étude française de 2005 montre d’ailleurs que les substances récréatives comme l’alcool, la cocaïne et les amphétamines augmentent le risque vasculaire. Selon les chercheurs, les amphétamines favorisent la survenue de pics hypertensifs et d’accidents vasculaires cérébraux.

Ces derniers peuvent prendre la forme de “rupture de malformations vasculaires préexistantes responsable d’hémorragie méningée parfois mortelle” ou “d’AVC hémorragiques au décours d’un accès hypertensif”. Ils favorisent également les AVC ischémiques, “sous la possibilité d’un vasospasme, d’une thrombose artérielle ou plus rarement la possibilité d’une vascularite cérébrale”.

Les médicaments antithrombotiques augmentent également le risque d’accident vasculaire cérébral, précise le spécialiste. Parmi eux, on peut citer les anti-plaquettaires comme l’aspirine, les anticoagulants ou les thrombolytiques. “C’est paradoxal, car on les prescrit souvent en prévention des infarctus cérébraux”, explique le neurologue. “Mais en fluidifiant le sang, ces traitements favorisent l’hémorragie, à l’origine d’un autre type d’AVC”.

“Bien sûr, ces médicaments restent bénéfiques s’ils sont bien prescrits et le rapport bénéfice/risque reste positif dans la population globale”, souligne le Pr. Leys.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.