Sommaire

Anti-inflammatoires non-stéroïdiens et corticoïdes : gare à l'AVC et... l'infarctus !

AVC : les médicaments qui augmentent vos risques© Istock

Dans un communiqué publié le 13 avril 2015, l’Agence européenne du médicament met en garde contre l’utilisation de l’ibuprofène à forte dose. En effet, le comité d’évaluation du risque de pharmacovigilance a confirmé une légère augmentation du risque cardiovasculaire - notamment les infarctus du myocarde et AVC - chez les patients prenant plus de 2 400 mg d’ibuprofène par jour.

Ce risque serait similaire à celui observé chez d’autres anti-inflammatoires non-stéroïdiens, comme les inhibiteurs sélectifs de la COX-2 et le diclofénac. En outre, une étude publiée dans le British Medical Journal en septembre 2018 met en avant une augmentation du risque d’AVC ischémique chez les personnes consommant du diclofénac. Les chercheurs précisent que ce risque est plus important chez les personnes qui ont déjà un risque vasculaire élevé, mais concernait aussi les personnes à risque faible ou modéré.

“Le risque lié à l’utilisation d’AINS n’est pas direct, mais intermédiaire”, souligne le Pr. Leys. “En effet, ces médicaments sont une cause d’hypertension, qui elle-même est un facteur de risque d’AVC”. Comme il s’agit d’effets à long terme, le neurologue précise qu’on peut les prendre en charge à temps, et ainsi éviter un incident vasculaire.

“Les corticoïdes ont un peu le même type d’effet, à savoir qu’ils favorisent l’hypertension et le diabète, qui sont des facteurs de risques vasculaires très puissants”, ajoute l’expert. Là encore, il s’agit d’un rapport indirect. “Seule la thrombose veineuse cérébrale, une forme rare d’AVC, pourrait être la conséquence directe de l’usage prolongé de cortisone. Celle-ci représente moins de 1 % des accidents vasculaires cérébraux, et reste bien moins courante que l’infarctus cérébral dû à l’obstruction d’une artère”.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.