Athérosclérose : symptômes, traitements, conséquences, prévention

Certifié par nos experts médicaux MedisiteL’athérosclérose est un épaississement focal en lien avec dépôt lipidique et une fibrose de la paroi d'une artère.

Qu’est-ce que l’athérosclérose ?

Avec l'âge, les artères perdent de leur élasticité et s'épaississent. Quand ce phénomène s'accompagne de dépôts graisseux (cholestérol), on parle d'athérosclérose.

Ces plaques qui peu à peu s’organisent, se durcissent, s’épaississent, réduisent le diamètre des artères. Cela réduit ou gène le passage du sang, puis finit par boucher les artères. Ces dépôts peuvent également favoriser la formation de caillots, qui peuvent migrer et bloquer une autre artère.

Les dépôts de graisses siègent sur toutes les artères, et en particulier l'aorte abdominale, les artères coronaires, les artères carotides internes qui permettent la vascularisation du cerveau, les artères cérébrales et les artères des jambes (fémorales et iliaques).

L'athérosclérose est de loin la première cause de mortalité au niveau mondial puisqu'elle est à l'origine de la plupart des maladies cardiovasculaires. Les hommes sont plus exposés que les femmes. 

Elle touche principalement les grosses artères :

  • les artères coronaires qui irriguent le cœur,
  • les artères carotides qui amènent le sang jusqu’au cerveau.

Or, ces vaisseaux sanguins sont vitaux pour le bon fonctionnement du corps.

 Qu’est-ce que l’athérosclérose ?© Creative Commons

© CC Licence,

Quelle est la prévalence de cet épaississement ?

Selon Msd Manuals, dans de nombreux pays occidentaux, l’athérosclérose est la première cause de mortalité. « En 2016, les maladies cardiovasculaires, principalement la maladie des artères coronaires (athérosclérose affectant les artères qui alimentent le cœur en sang) et l’accident vasculaire cérébral (athérosclérose affectant les artères qui alimentent le cerveau), ont provoqué presque 18 millions de décès dans le monde, faisant de l’athérosclérose la cause principale de décès dans le monde. » 

Quels sont les symptômes de l'athérosclérose ?

La maladie est progressive et les troubles apparaissent en général à partir de 40 ans quand le niveau critique d'obstruction de l'artère est atteint (70 à 80 % bouchées) et que les organes commencent à manquer d'oxygène. Les symptômes varient selon l'artère touchée et si l'obstruction a été progressive ou subite. La personne peut ressentir de simples douleurs dans les jambes ou une angine de poitrine (douleur dans la poitrine). D'autres accidents transitoires peuvent être des signes d’alerte, comme de petits accidents vasculaires cérébraux qui provoquent des troubles transitoires.

Il arrive parfois qu'il n'y ait aucun symptôme avant l'accident. Le blocage soudain d'une artère peut provoquer une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral, une ischémie aiguë avec à la clé une gangrène touchant l'orteil, le pied ou la jambe. 

Quelles sont les causes de la maladie ?

Il existe plusieurs causes :

  • l'excès de cholestérol dans le sang (hypercholestérolémie) ;

  • l'obésité, une alimentation riche en graisses, le diabète ;
  • le tabagisme : au-dessus de 10 cigarettes/jour, c’est un facteur qui aggrave l'athérosclérose. La nicotine favorise le rétrécissement brusque des artères et la fumée diminue l'apport d'oxygène aux tissus ; 
  • le stress : il libère de l'adrénaline et provoque des spasmes sur les artères. Le stress répété peut induire une hypertension artérielle qui favorise l'athérosclérose ; 
  • la sédentarité : le manque d'activité physique diminue la résistance des artères ; 
  • la contraception orale : elle accélère la formation des plaques d’athérome ;  
  • la génétique : plus fréquente chez les hommes que chez les femmes ; certaines personnes ont un terrain héréditaire favorisant l’apparition de cette maladie ; 
  • l'hypertension artérielle : elle fragilise le système artériel, entraîne ou aggrave l'athérosclérose.

 

Quels sont les facteurs de risque ?

Certains facteurs de risque peuvent être modifiés comme le tabagisme, le taux de cholestérol dans le sang, le diabète, l’obésité, la sédentarité, une mauvaise alimentation…

Cependant, il existe certains facteurs de risque sur lesquels on ne peut pas agir :

  • Les antécédents familiaux. Lorsqu’il y a, dans la famille du patient, un antécédent d’athérosclérose précoce (un homme ayant développé cette maladie avant 55 ans ou une femme ayant développé cette maladie avant 65 ans) il est très possible qu’elle se développe également chez cette personne de manière précoce sans que cela puisse être modifié ;

  • L’âge avancé. C’est une maladie qui évolue lentement. Plus le patient va avancer en âge, plus il risque de la développer ;
  • Le genre. Les hommes sont généralement plus touchés par l’athérosclérose que les femmes.

Quelles sont les personnes à risque ?

Selon Ariel Toledano, médecin vasculaire et auteur de Artétiopathie des membres inférieurs publié chez Estem, "il faut surtout faire attention aux personnes âgées, aux hommes, aux fumeurs, aux diabétiques, aux personnes présentant une dyslipidémies, aux gens sédentaires qui présentent un surpoids. Ce sont des facteurs de risque auxquels chacun peut se retrouver confronter sans y faire attention."

Est-ce contagieux ?

L’athérosclérose n’est pas contagieuse. Un facteur de risque génétique est cependant à prendre en compte. Les personnes concernées doivent être surveillées régulièrement.

Qui, quand consulter ?

Il s’agit d’une maladie qui reste très longtemps asymptomatique. Si des cas sont connus dans la famille, il faut être suivi régulièrement par un cardiologue. En cas de doute, dès les premiers symptômes, se rendre chez son généraliste qui saura réorienter ou renseigner le patient en cas de besoin. Il s’agit d’une maladie dont les conséquences peuvent être gravissimes, mieux vaut ne pas traîner pour consulter.

Quelles sont les complications ?

Les principales complications d’une athérosclérose sont :

  • Une sténose. Une sténose désigne un rétrécissement d’une structure comme un canal ou un vaisseau. Une sténose aortique désigne ainsi un rétrécissement de la valve aortique. En fonction de sa localisation, cette réduction reste un risque d'infarctus cérébral et d'accident vasculaire cérébral ou bien d'infarctus myocardique ; 

  • Une thrombose. Cela désigne un caillot qui se forme dans un vaisseau sanguin et l'obstrue. Il peut se former dans une veine ou dans une artère. On parle alors respectivement de thrombose veineuse et de thrombose artérielle. Les conséquences peuvent être fatales : embolie pulmonaire, infarctus (crise cardiaque) ou accident vasculaire cérébral (AVC).

Une athérosclérose peut donc, à terme, mener à de graves complications si rien n’est fait pour les en empêcher. Un patient qui souffre de ce phénomène peut être victime d’un infarctus du myocarde, d’un accident vasculaire cérébral ou d’une artérite oblitérante des membres inférieurs (AOMI). L’AOMI a plusieurs stades d’évolution : claudication, douleur au repos ou plus grave encore, troubles trophiques (perturbation de la nutrition des tissus), ulcérations et gangrènes.

Quels examens faut-il réaliser ?

En présence de symptômes pouvant laisser présager le blocage d'une artère, le médecin demandera certains examens. Les trois les plus pratiqués sont :

  • la coronarographie : il s'agit d'un examen radiologique au cours duquel on administre un agent de contraste pour déceler un problème dans les artères qui alimentent le cœur. Cet examen est suggéré lorsque la personne présente une douleur à la poitrine ;

  • l'électrocardiogramme au repos et parfois à l'effort : qui enregistre l'activité électrique du cœur, la fréquence cardiaque et la tension artérielle au cours d'un exercice physique ;
  • l'échographie-Doppler des principaux vaisseaux (carotide, aorte ou membres inférieurs) ;
  • Une prise de sang est demandée pour connaître le taux de cholestérol ou la présence éventuelle d'un diabète. De même, plusieurs mesures de la tension artérielle au repos permettent d'établir la présence d'une hypertension.

Quels sont les traitements contre l'athérosclérose ?

  • Réduire l’hypercholestérolémie et traiter toutes formes de dyslipidémies

Le principal traitement consiste à enrayer l'hypercholestérolémie. Il convient alors d'adopter une alimentation saine (évitez les graisses d'origine animale et les graisses saturées dans le lait, le beurre ou encore la charcuterie, préférez le poisson, la volaille, les légumes) et de pratiquer davantage d'exercice physique (efficace à la fois sur le surpoids, le diabète, le trop de cholestérol et la pression artérielle). Ces habitudes de vie peuvent faire baisser le taux de cholestérol dans le sang.

  • Prendre des médicaments

Lorsque le régime ne suffit pas à ramener le taux sanguin du cholestérol à la normale, des médicaments hypocholestérolémiants sont prescrits comme les statines pour réguler le taux de lipides dans le sang. Peuvent également être prescrits des antiagrégants plaquettaires pour limiter la formation de caillots sanguins et des antihypertenseurs lorsque le patient est victime d’hypertension artérielle.

De l'aspirine à faible dose peut être prescrite pour prévenir la formation de caillots sanguins et réduire le risque de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral.

Il sera demandé d'arrêter de fumer et de limiter au maximum l’hypertension et le diabète.

  • L'opération chirurgicale

Lorsque le pronostic vital est engagé, une intervention chirurgicale peut être envisagée. Couramment, il peut être décidé d’intervenir en réalisant une angioplastie percutanée. Cette opération consiste à introduire un cathéter à ballonnet dans une artère (généralement dans la région de l’aine), puis de remonter jusqu’à l’artère coronaire rétrécie. Une fois atteinte, le ballonnet est dilaté avec du liquide pour élargir l’artère bouchée.

Schéma explicatif d'une intervention d'expansion d'une artère coronaire par gonflement d'un ballon 

 Schéma explicatif d'une intervention d'expansion d'une artère coronaire par gonflement d'un ballon© Creative Commons

© CC Source http://www.nhlbi.nih.gov/health/dci/Diseases/Angioplasty/Angioplasty_WhatIs.html

Comment prévenir l’athérosclérose ?

Il est possible de réduire les risques d'athérosclérose en maîtrisant son diabète, son taux de cholestérol et sa tension artérielle. Il importe aussi de mener une vie saine en évitant de fumer, en pratiquant régulièrement une activité physique (la marche, la natation et le jogging semblent être les plus indiqués), en adoptant une alimentation riche en légumes et pauvre en graisses (surtout en lipides saturés et en gras trans), en se préservant d'une vie stressante, en conservant un poids santé et en limitant sa consommation d'alcool.

 

Sites d’informations et associations

https://www.vasculaire.com/

https://www.has-sante.fr/

https://www.fedecardio.org/

Source(s):

Fondation Coeur Artères

Vulgaris-medical

Artériopathie des membres inferieurs, 24 mars 2001 de Ariel Toledano

https://www.hirslanden.ch/fr/corporate/traitements/operations-arteres-coronaires.html

Le régime de vos artères, Ariel Toledano, 2009, Marabout

Protègez votre système cardio-vasculaire, Ariel Toledano, 2013, Marabout

Voir plus