Les isotopes radioactifs rejetés

Publicité

Il s’agit essentiellement d’éléments volatiles, gaz rares comme le Krypton et le Xénon ; l’Iode ; le Césium-134, dont la période radioactive [12] est généralement inférieure à 2 ans.

Publicité
Publicité

Le Césium-137 (137Cs) encore présent, en relativement grande quantité, dans l’environnement en relation avec sa période radioactive (30,2 ans), est responsable de la majeure partie des expositions actuelles et futures.

Heureusement, les isotopes du Plutonium (Pu) de très longue période et du Strontium-90 (90Sr) très radiotoxiques par ingestion (40 fois plus que le 137Cs) n’ont pas été rejetés en grande quantité en raison de leur faible volatilité (UNSCEAR, 1988).

mots-clés : Relation, Gaz

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X