Comprendre l’amylose féline

L’amylose féline est une maladie héréditaire. Voilà pourquoi elle concerne une race spécifique (les chats à pieds noirs qu’on retrouve principalement dans le sud de l’Afrique) et beaucoup moins les autres. Un peu comme dans le cas de la maladie d’Alzheimer chez l’homme, l’amylose se traduit par la formation de plaques amyloïdes qui viennent affecter les différents organes (foie, reins, cœur, etc.). Au fil du temps, les organes vont être détruits.

Principaux symptômes de l’amylose féline

L’amylose féline entraîne principalement une insuffisance rénale, ce qui amène le chat à boire beaucoup plus qu’à son habitude et donc également à uriner plus fréquemment. L’animal aura moins d’appétit et il présentera des troubles digestifs (diarrhées, vomissements, etc.), accompagnés d’une perte de poids.

Traitement de l’amylose féline

Il n’existe pas de traitement spécifique de l’amylose féline. Néanmoins, si elle est détectée et prise en charge suffisamment tôt, les anti-inflammatoires et la colchicine (qui bloque la formation des plaques amyloïdes) permettent d’empêcher le développement de la maladie. Il faudra également veiller à faire adopter à son chat un régime alimentaire particulier, destiné à limiter l’apport en protéines.

Reconversion et bonheur ? Découvrez le bilan de compétence pris en charge à 100% par l'Etat en cliquant ici !