Plaques rouges : un signe d'allergie au chlore ?

Les allergies au chlore ne sont pas des allergies rares. Toutefois, on ne sait pas toujours comment les identifier. Alors quels sont, en cas d’allergie au chlore, les symptômes à repérer ? Des plaques rouges peuvent-elles être la traduction d’une allergie au chlore ?

Publicité

© Istock

Allergie au chlore : symptômes

Les allergies au chlore et aux produits chlorés sont fréquentes dans la mesure où la plupart des piscines en contiennent en quantité. On est donc à la fois en contact avec le chlore dans l’eau, mais on le respire aussi à pleins poumons (il est à l’origine de l’odeur caractéristique des piscines publiques). Les symptômes d’une allergie au chlore sont assez caractéristiques d’une réaction allergique puisque ce sont : - des difficultés à respirer (voire d’une crise d’asthme), avec des toux et des éternuements - des yeux qui piquent, qui deviennent rouges et gonflés, - des rougeurs et des démangeaisons sous forme d’éruptions cutanées (type eczéma), voire de lésions (en cas de forte concentration de chlore surtout), sachant que le chlore a tendance à assécher l’épiderme. Ainsi, les plaques rouges peuvent constituer un symptôme d’allergie au chlore, en particulier chez les personnes ayant une peau sensible, même si ce type de lésions cutanées peut s’expliquer de bien d’autres manières. Les symptômes qui peuvent aussi être des nausées ou un malaise surviennent soit immédiatement au contact du chlore, soit dans les jours qui suivent. De même, certains disparaissent peu de temps après l’arrêt de l’exposition (c’est généralement le cas des démangeaisons par exemple), tandis que d’autres peuvent persister un certain temps.

Publicité
Publicité

Que faire en cas d’allergie au chlore ?

Il est essentiel de s’assurer que c’est bien le chlore qui est à l‘origine de la réaction allergique. Il est donc généralement nécessaire de consulter un allergologue afin qu’il mette en évidence l’éventuelle allergie au chlore. Par la suite, il faudra faire en sorte d’éviter le plus possible de s’exposer au chlore. Néanmoins, le respect de cette recommandation dépend des symptômes. En effet, si seuls les yeux sont irrités, le port de lunettes de plongée peut être une solution pour ne pas se priver de piscine. De même, si ce sont les éruptions cutanées qui prédominent, mais qu’elles n’apparaissent que plusieurs heures après la baignade, un rinçage méticuleux avec un savon hypoallergénique (au pH neutre) peut parfois suffire à éliminer le chlore. Par ailleurs, il existe aujourd’hui des piscines publiques qui n’utilisent plus de chlore.

Recommandations pour limiter les risques d’allergie au chlore

Même si vous n’êtes pas allergique au chlore à proprement parler, il est préférable de faire tout son possible pour se prémunir de ses effets néfastes. Ne passez pas à côté de la douche avant d’entrer dans l’eau d’une piscine. En effet, le chlore s’attaque aux micro-organismes et si vous ne vous êtes pas rincé, vous en aurez beaucoup sur votre peau et dans vos cheveux… Si vos cheveux ressortent abîmés de la piscine, pensez à l’avenir à vous munir d’un bonnet de bain. Enfin, pour éviter le dessèchement, utilisez une crème hydratante au sortir de la piscine.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X