Nez qui coule : comment savoir si c'est une allergie ?

Vous avez le nez qui coule, vous éternuez, vos yeux pleurent ? C'est peut-être un banal rhume. Mais il peut aussi s’agir d’une rhinite allergique due aux pollens. Elle se manifeste principalement au printemps, chez les personnes allergiques au pollen de graminées, d’herbacées ou d’arbres. Comment savoir s’il est question d’une allergie au pollen ?
Istock

Les symptômes de la rhinite allergique : nez qui coule et conjonctivite allergique

La rhinite allergique saisonnière se manifeste par un nez qui coule, des écoulements clairs du nez, des démangeaisons du nez et de la gorge, une conjonctivite allergique (les yeux pleurent et sont rouges) et une toux. La respiration est altérée et devient sifflante. Dans les cas les plus sérieux, cela peut générer des crises d’asthme. Pour l’allergie au pollen, les périodes de forte pollinisation vont de février à mai pour les arbres, d’avril à juillet pour les graminées et de juillet à septembre pour les herbacées, avec un pic pollinique de mai à août.

Que faire en cas de nez qui coule, caractéristique d’allergie au pollen ?

Pour savoir si on est bien allergique aux pollens, un allergologue effectue une série de tests cutanés, en injectant divers allergènes potentiels et observe la réaction cutanée de la personne. Si l’allergie est avérée, pour se prévenir d’une rhinite allergique due au pollen, différents traitements existent :

- un traitement pour pallier les symptômes : il s’agit de la prise d’un antihistaminique au quotidien pendant toute la période de pollinisation. ;

- un traitement de fond par l’allergologue : il s’agit d’un programme de désensibilisation par injections pendant trois à cinq ans.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):
La rédaction vous recommande sur Amazon :