Elle meurt d’une grave réaction allergique à un dentifrice

Publié le 23 Avril 2019 par Morgane Garnier, Journaliste Santé
Aux Etats-Unis, une fille de 11 ans est décédée d'un choc anaphylactique après s'être brossée les dents avec un dentifrice qui contenait une protéine dérivée du lait, alors qu'elle y était allergique.
Publicité

Monique Altamirano ne s'attendait pas à perdre sa fille dans de telles circonstances. Le 4 avril 2019, Denise Saldate, 11 ans, a succombé à un choc anaphylactique causé par l'utilisation d'un dentifrice qui contenait une protéine dérivée du lait, alors qu'elle y était allergique.

Mère et fille n'avaient pas lu l'étiquette du produit

La fillette s'était vu prescrire par son dentiste un dentifrice visant à renforcer l'émail. Parce qu'elle et sa mère avaient l'habitude de lire les étiquettes des produits, y compris celles des dentifrices, et qu'elles n'y avaient jamais trouvé de traces de lait, elles n'ont pas pensé à lire les ingrédients de celui-ci. Le tube de dentifrice comportait toutefois une mention d'avertissement indiquant la présence d'une protéine du lait de vache.

Publicité

Une seule utilisation du produit a suffi pour déclencher chez la fillette une grave réaction allergique, que ni son inhalateur contre l'asthme, ni l'administration d'adrénaline n'a su calmer. Traumatisée, la mère n'arrive pas à se déculpabiliser, et rappelle aux parents d'enfants allergiques l'importance de vérifier les étiquettes des produits en toutes circonstances : "Lisez absolument tout, avertit-elle dans une interview accordée au magazine Allergic Living. Ne soyez pas moins vigilants juste parce que vous avez l'habitude de gérer cette situation depuis plusieurs années."

Publicité

Un cas extrêmement rare...

Le magazine rappelle également aux dentistes "de demander régulièrement aux patients s'ils ont des allergies" afin de prévenir tout risque ; mais le docteur David Stukus, allergologue pédiatrique interviewé par CNN, précise que ce cas est extrêmement rare. "C'est la première fois en 13 ans d'activité que j'entends parler d'un tel cas. Les protéines alimentaires sont présentes dans beaucoup de médicaments et de produits non alimentaires différents. Mais généralement, le type et la quantité de nourriture ingérée ne sont pas suffisants pour entraîner une quelconque réaction chez la grande majorité des personnes souffrant d'une allergie alimentaire."

... qui sert toutefois à rappeler l'importance de la prévention

Le Dr Stukus ajoute qu'il ne s'agit pas non plus de céder à la psychose : "Il est peu probable que les produits utilisés couramment à la maison posent problème si les enfants les ont toujours tolérés." S'il explique que les décès causés par une allergie alimentaire surviennent dans l'immense majorité des cas parce que la victime souffrait d'une maladie sous-jacente comme l'asthme et que l'administration de l'adrénaline se fait tardivement, il souhaite toutefois rappeler que les allergies alimentaires peuvent être sévères, ce qui requière une attention particulière de la part des professionnels de santé, une inspection minutieuse des étiquettes des produits par les patients et d'avoir de l'adrénaline à portée de main à chaque instant.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X