Allergie : 11 départements en alerte rouge

Le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) alerte le 21 février 2019 sur les risques allergiques très élevés liés à certains pollens, qui ont fait leur grand retour dans plusieurs départements du sud de la France.

Publicité

Cet hiver, les températures sont particulièrement douces. De quoi ravir 70% de la population française, car les 30% restants, eux, sont concernés par les risques allergiques liés à ce beau temps. Le 21 février 2019, le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) a en effet alerté sur le retour de certains pollens déjà présents à des niveaux très élevés dans le sud-est de la France.

Des concentrations très élevées de pollens de cyprès

D'après la carte de vigilance publiée par le RNSA, ce sont au total 11 départements qui sont touchés par l'arrivée des pollens de cyprès, représentant un risque "très élevé". Les pollens de frêne quant à eux constituent un "risque élevé" sur tout le sud de la France. Dans le sud-ouest, "le risque est [également] de niveau élevé pour le mélange des pollens d'aulne, de cyprès et de noisetier". Enfin, dans toute la France, "ce sont essentiellement les pollens de noisetier et d'aulne qui sont responsables d'un risque d'allergie variant entre le niveau faible à localement élevé."

Publicité
Publicité

Si les concentrations de pollens sont particulièrement fortes dans ces régions et qu'elles sont favorisées par des températures clémentes, leur arrivée à cette période de l'année n'a en réalité rien de surprenant : dans le sud de la France, c'est généralement fin janvier ou mi-février qu'ils pointent le bout de leur nez, la saison des arbres se terminant en avril. Ensuite, de mai à juillet, c'est la saison des graminées (dactyle, céréales, etc.). Et de juillet à octobre, celle des herbacées (ambroisie, armoise, etc.). Malheureusement pour les personnes allergiques, le pire est donc à venir !

Allergie aux pollens : comment limiter les symptômes ?

L'allergie aux pollens se manifeste par des symptômes gênants : éternuements, nez qui coule, larmoiements, gêne respiratoire, toux... Afin de les limiter, il convient d'éviter au maximum l'exposition aux pollens, c'est pourquoi le ministère de la Santé préconise :

"Chez soi :

  • de se rincer les cheveux le soir, car le pollen se dépose en grand nombre sur les cheveux ;
  • de favoriser l’ouverture des fenêtres avant le lever et après le coucher du soleil, car l’émission des pollens dans l’air débute dès le lever du soleil ;
  • d'éviter l’exposition aux autres substances irritantes ou allergisantes en air intérieur (tabac, produits d’entretien, parfums d’intérieur, encens, etc.).

A l'extérieur :

  • d'éviter les activités extérieures qui entraînent une sur-exposition aux pollens (tonte du gazon, entretien du jardin, activités sportives, etc.) ; en cas de nécessité, privilégier la fin de journée et le port de lunettes de protection et de masque ;
  • d'éviter de faire sécher le linge à l’extérieur, car le pollen se dépose sur le linge humide ;
  • en cas de déplacement en voiture, de garder les vitres fermées."
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X