Allergie aux pollens de graminées : 26 départements en alerte rouge

Publié le 17 Juin 2019 à 11h20 par Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé
Le risque d’allergies liées aux pollens de graminées augmente encore sur tout le territoire français. 26 départements sont en alerte rouge, et 65 sont en alerte orange.

Allergie aux pollens de graminées : 26 départements en alerte rouge© Istock

Nez qui pique, yeux qui grattent, éternuements… Si vous souffrez de ces désagréments depuis quelques jours, c’est sûrement la faute aux pollens. Le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) a mis à jour son bulletin ce vendredi 14 juin, et met en garde contre les risques d’allergies liées aux pollens de graminées.

26 départements présentent un risque d’allergie très élevé

Au début du mois, sept départements avaient été placés en alerte rouge - qui correspond à un risque d’allergie “très élevé”. Moins de deux semaines plus tard, ce chiffre passe à vingt-six. Soixante-cinq départements sont, quant à eux, en alerte orange (risque “élevé”) et seuls cinq d’entre eux ne présentent qu’un risque “moyen”.

Les départements en alerte rouge sont les suivants : Allier, Alpes-de-Haute-Provence, Aveyron, Calvados, Cantal, Côte-d’Or, Creuse, Essonne, Gers, Hautes-Alpes, Haute-Saône, Haute-Savoie, Lot, Lot-et-Garonne, Lozère, Maine-et-Loire, Manche, Moselle, Nièvre, Puy-de-Dôme, Pyrénées-Atlantique, Saône-et-Loire, Tarn, Tarn-et-Garonne, Territoire de Belfort et Yvelines.

Le beau temps favorise la dispersion des pollens

Si les personnes allergiques ont eu un peu de répit ce week-end, relativement pluvieux dans de nombreuses régions, les concentrations de pollens de graminées dans l’air devraient remonter en ce début de semaine. En cause, “le beau temps, chaud et ensoleillé”, sur l’ensemble du pays. Le réseau rassure toutefois les allergiques, en soulignant que “ce pic de chaleur devrait être de courte durée”, et se calmer d’ici la fin de la semaine.

Le RNSA informe aussi de la présence d’autres pollens allergènes sur le territoire. “Les pollens d’olivier et de chêne restent bien présents autour de la Méditerranée avec un risque d’allergie associé de niveau moyen” Quant aux pollens d’urticacées, ils “gagnent du terrain sur l’ensemble du territoire avec un risque d’allergie de niveau faible à localement moyen”.

Comment se manifeste l’allergie aux pollens ?

L’allergie au pollen, ou pollinose, se manifeste après contact avec l’allergène par le biais des voies respiratoires, peut-on lire dans le guide d’information “Végétation en ville” du RNSA. Elle peut être héréditaire, ou causée par une exposition prolongée aux agents allergisants. Les symptômes varient selon les personnes.

  • La rhinite saisonnière se caractérise par des éternuements, un nez bouché ou qui coule et des démangeaisons.
  • La conjonctivite provoque une irritation des yeux, qui deviennent rouges et piquants.
  • L’asthme entraîne une diminution du souffle, une respiration sifflante et une toux persistante. Il “intervient par crises, lors d’une exposition importante à un irritant ou lors d’un effort”.

Les bons gestes à adopter

Le Réseau national de surveillance aérobiologique livre quelques recommandations pour diminuer l’exposition aux pollens et limiter les réactions allergiques.

  • Se rincer les cheveux le soir.
  • Aérer son logement 10 min par jour, avant le lever ou après le coucher du soleil.
  • Ne pas utiliser d’autres produits irritants ou allergisants : tabac, produits d’entretien, parfums d’intérieur, encens…
  • Éviter certaines activités en extérieur : tondre la pelouse, jardiner, faire du sport en plein air.
  • Ne pas faire sécher son linge dehors.
  • Garder les vitres fermées en voiture.

Vidéo : Allergies : la désensibilisation bientôt déremboursée ?

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X