Un médecin suspendu pour avoir demandé à une patiente de retirer son voile

Publié le 27 Mai 2019 par Emmanuelle Jung, journaliste santé
Au Royaume-Uni, le Dr Keith Wolverson risque de perdre son poste, après avoir demandé à une de ses patientes musulmanes de retirer son voile lors de la consultation. Une pétition circule pour soutenir le médecin.
Publicité

Exerçant depuis 23 ans, le Dr Keith Wolverson, médecin libéral basé au Royal Stoke University Hospital (Royaume-Uni), fait l’objet d’une enquête pour discrimination raciale.

Les faits remontent à mai 2018. Le docteur accueille une jeune maman musulmane portant le voile intégral, qui consulte pour le mal de gorge de sa fille.

Publicité

"Sa voix était étouffée par le voile, ce qui rendait la compréhension difficile", confie le médecin au Daily Mail. Poliment, il lui demande si elle veut bien ôter son voile, le temps de la consultation. "J’aurai demandé de la même manière à un motocycliste de retirer son casque", ajoute le praticien. Si la patiente n’y voit aucune objection, l’histoire ne s’arrête pourtant pas là.

A l’issue de la consultation, son époux apprend qu’elle a dû retirer son voile et ne cache pas sa colère. Il décide de ne pas en rester là et de poursuivre l’hôpital. Un an plus tard, le Conseil médical général (ordre des médecins britannique) annonce le début d’une enquête sur l’incident.

Le médecin risque une interdiction d’exercer

Le Dr Wolverson, âgé de 53 ans, avait déjà soigné de nombreux musulmans sans incident. "Les femmes retirent généralement leur voile de leur plein gré pour la consultation. Il n’y a jamais eu d’histoire", témoigne le médecin.

Publicité
Publicité

Ce dernier ne cache pas son appréhension, face aux conséquences que pourra avoir cette enquête sur sa carrière. Il a déclaré qu’il continuerait de se battre coûte que coûte pour continuer d’exercer.

Pour le moment, le Dr Wolverson est suspendu. Il devra se présenter à une audience prochainement, avant que le Conseil médical général ne tranche. "Je ne suis pas raciste. Cette demande n’avait rien à voir avec sa couleur de peau, ni avec sa religion.

Je voulais uniquement faire correctement mon travail. A cause de cette histoire, ma vie est en suspens depuis des mois et ma carrière risque d’être détruite", déplore le praticien.

Publicité

La pétition regroupe déjà 60 000 signatures

"Nous manquons cruellement de médecins et nous ne pouvons pas nous permettre d’en perdre à cause de fausses accusations de discrimination", clame la pétition en ligne, lancée pour soutenir le praticien.

Elle recueille déjà plus de 60 000 signatures à ce jour. "Il a agi dans l’intérêt de l’enfant, il n’y avait aucune discrimination raciste dans ces actes". De son côté, le médecin admet être "abasourdi" et à la fois reconnaissant, face à l’ampleur que prend la pétition.

En France, la Loi n°2010-1192 du 11 octobre 201 interdit la dissimulation du visage dans l’espace public. Le voile intégral est donc proscrit.

Publicité

Laïcité à l’hôpital : que permet la Loi en France ?

Selon la Fédération Hospitalière de France, l’hôpital reste un espace laïc.

"Pour autant, la charte de la personne hospitalisée datant de 1995 le dit : tout établissement de santé doit respecter les croyances et les convictions des personnes accueillies et leur permettre de suivre les préceptes de leurs religions", explique-t-elle. Et pour cause, tous les hôpitaux doivent disposer d’une équipe d’aumôniers.

En revanche, concernant les crucifix, la Loi sur la laïcité en France les proscrits au sein des hôpitaux publics, ainsi que pour tous les établissements publics. "Le principe de laïcité en France prend effet sur tous les lieux publics, explique un avocat de la Cour d’Appel de Paris, contacté par Medisite. Si un patient peut sans doute, avoir un Christ dans sa chambre, l’hôpital et ses parties communes doivent rester laïques et ne présenter aucun symbole religieux".

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X