Un nouveau marqueur pourrait prédire votre risque de crise cardiaque

Publié le 08 Février 2018 par Rédaction Medisite
Un simple test sanguin pourrait identifier le risque de souffrir d’une maladie cardiovasculaire des personnes présentant un risque cardiaque élevé. Explications.
Publicité

© Adobe StockComment évaluer le risque de maladie cardiaque ? Une équipe de chercheurs spécialisés en maladies cardiovasculaires à l’université de Sheffield (Royaume-Uni) vient de montrer qu’un nouveau test sanguin pouvait servir à identifier les personnes à haut risque de maladie cardiovasculaire parmi les patients ayant déjà souffert d’un accident cardiaque. Ils publient leur étude dans la revue scientifique European Heart Journal.

Publicité

Temps de décomposition des caillots et risque de récidive cardiaque

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont analysés des échantillons sanguins de 4 354 patients souffrant de syndrome coronarien aigu, une maladie caractérisée par l’obstruction d’une ou plusieurs artères coronaires. Les prises de sang ont été réalisées lorsque ces personnes étaient hospitalisées pour une crise cardiaque (ou infarctus du myocarde). Dans ces échantillons, les scientifiques ont mesuré la densité maximale des caillots sanguins et le temps nécessaire à la décomposition des caillots (appelé temps de lyse d’un caillot). Ils ont conservé ces données, et les ont comparées au bout d’un an aux états de santé de ces personnes. Résultat : les patients dont les temps de lyse d’un caillot étaient les plus longs présentaient un risque accru de 40% de souffrir d’une récidive d’infarctus du myocarde ou de décéder d’une maladie cardiovasculaire.

Publicité

Adapter les traitements de chaque patient à risque

"Nos résultats fournissent des indices passionnants sur la raison expliquant que certains patients soient plus à risque de maladie cardiovasculaire après une crise cardiaque et sur la manière dont nous pourrions répondre à ces situations avec de nouveaux traitements" s’enthousiasme le professeur Rob Storey, co-auteur de l’étude, dans un communiqué de l’université de Sheffield. Cette simple technique d’analyse sanguine pourrait ainsi améliorer le suivi et la prise en charge des patients à risque cardiovasculaire. "Nous devons maintenant continuer à explorer les possibilités d’adaptation des traitements pour chaque individu à risque qui a souffert d’une crise cardiaque et tester si les médicaments qui améliorent le temps de lyse des caillots peuvent réduire ce risque" ajoute le professeur Storey.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X