Sommeil agité : un signe qui annonce la maladie de Parkinson ?

Une étude révèle que les personnes souffrant de troubles du sommeil présenteraient un risque plus accru de développer la maladie de Parkinson et une démence en vieillissant à cause d'un manque de dopamine.
Adobe Stock

Si vous parlez, criez ou riez dans votre sommeil, vous êtes peut-être concerné. Des chercheurs de l'Université d'Aarhus au Danemark ont découvert que les patients atteints de troubles du comportement en sommeil paradoxal (TSCP) manqueraient de dopamine et auraient une forme d'inflammation du cerveau, un des facteurs déclencheur de la maladie de Parkinson.

Des signes annonciateurs

Les chercheurs ont étudié 20 patients atteints de TSCP et 19 témoins sains, à Barcelone en Espagne et à Aarhus au Danemark, entre le 23 mars 2015 et le 19 octobre 2016. Les scientifiques ont ensuite examiné l'état des cellules nerveuses produisant de la dopamine, substance chimique présente dans le cerveau et transportant des informations d'une cellule nerveuse à une autre chez les personnes souffrant de troubles du sommeil . Les résultats montrent que les patients atteints de TSCP souffrent d'un manque de dopamine dans le cerveau comparé aux témoins sains. La maladie de Parkinson et la démence se développent précisément quand le groupe de cellules nerveuses dans le cerveau produisant la dopamine cesse de fonctionner. Un des auteurs de l'étude, Morten Gersel Stokholm, explique à la revue The Lancet Neurology : "Nous avons acquis de nouvelles connaissances sur les processus dans le cerveau, dans les premiers stades du développement de la maladie. L'idée est que ces connaissances soient utilisées pour déterminer quels patients atteints du trouble du sommeil développeront plus tard la maladie de Parkinson."

TSCP : les manifestations

Les TSCP sont caractérisés par des perturbations dans la partie du sommeil où les rêves ont lieu. Les personnes en bonne santé sont détendues et dorment encore pendant qu'elles rêvent. Les personnes souffrant de TSCP vivent leurs rêves de sorte que, pendant leur sommeil, elles peuvent frapper, donner des coups de pied ou encore crier. "Les troubles du comportement en sommeil paradoxal sont des parasomnies qui surviennent le plus souvent après 60 ans. La personne 'vit' physiquement ses rêves et peut avoir des mouvements brutaux durant son sommeil. Ces troubles sont toutefois rares, touchant entre 0.5 et 2% des hommes, expliquait à Medisite Michel Billiard, professeur de neurologie et spécialiste du sommeil.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

The Lancet Neurology,Assessment of neuroinflammation in patients with idiopathic rapid-eye-movement sleep behaviour disorder: a case-control study, 03 juillet 2017