Solutions hydro-alcooliques : de plus en plus responsables d’infections nosocomiales

Des chercheurs australiens ont constaté qu'une bactérie responsable d’infections nosocomiales deviendrait de plus en plus résistante aux solutions hydro-alcooliques.

Publicité

© Adobe StockLes gels antibactériens utilisés depuis longtemps dans le milieu médical ne seraient plus si efficaces que par le passé. Des chercheurs de l'Université de Melbourne en Australie ont découvert que la bactérie Enterococcus faecium, responsable d’infections nosocomiales, serait résistante face aux solutions hydro-alcooliques.

Enterococcus faecium s'est adapté au fil des années

Les scientifiques ont remarqué une augmentation des infections dans les milieux hospitaliers causées par Enterococcus faecium (Efm), une bactérie intestinale. Forts de ce constat, les chercheurs ont donc entrepris de tester la tolérance à l'alcool, contenu dans les solutions hydro-alcooliques, de 139 échantillons d'Efm récoltés dans les hôpitaux. Les prélèvements ont été obtenus entre 1997 et 2015. Les échantillons récupérés après 2010 ont montré que les bactéries étaient 10 fois plus résistantes à l'alcool que les échantillons plus anciens.

Publicité
Publicité

Après avoir réalisé des tests sur des souris contaminés par la bactérie, les chercheurs en ont déduit que Enterococcus faecium aurait accumulé des mutations modifiant les gènes impliqués dans l'absorption et dans le métabolisme des glucides, ce qui expliquerait sa resistance à l'alcool. Toujours selon les scientifiques, ces résultats publiés sur le site de biologie bioRxiv suggèrent que les bactéries ont tendance à s'adapter, ce qui complique les recommandations de contrôle d'infections dans les milieux de santé.

Comment se déroule la contagion de la bactérie Enterococcus faecium ?

Les chercheurs rappellent que les désinfectants pour les mains à base d'alcool sont devenus des outils internationaux de contrôle d'infections en milieux hospitaliers. De précédents tests ont montré qu'ils sont capables de limiter la transmission de pathogènes tels que le staphylocoque doré (Staphylococcus aureus). Le staphylocoque doré fait partie des bactéries fréquemment responsables d'infections nosocomiales, tout comme la bactérie Enterococcus faecium.

Ces infections, contractées lors d'un séjour à l'hôpital, posent un problème majeur de santé publique tant elles sont difficiles à soigner. Les souches de staphylocoques dorés hospitalières sont souvent très résistantes aux antibiotiques habituels. Une baisse des défenses immunitaires, ou la pose de prothèses, de cathéters, ou encore de sondes sont les causes principales des infections nosocomiales à staphylocoque doré. Les bactéries peuvent provenir de la personne elle-même (porteur sain), ou être véhiculées dans l'hôpital par le personnel soignant, habitué à utiliser des solutions hydro-alcooliques.

 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X