Soins dentaires : bientôt un remboursement total ?

Publié le 21 Février 2018 par Laurène Levy, journaliste santé
Le projet de "reste à charge zéro" mené par la ministre de la Santé Agnès Buzyn prévoit un remboursement total des actes dentaires prosthétiques considérés essentiels d’ici fin 2018. Décryptage.
Publicité

© Adobe StockUne bouche en pleine santé sans débourser un sou ? Cet idéal pourrait bientôt voir le jour, à en croire les promesses de la ministre de la Santé Agnès Buzyn qui prévoit un "reste à charge zéro" pour les soins dentaires prosthétiques d’ici la fin de l’année 2018. Pour mener à bien ce projet, le directeur de la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam), Nicolas Revel, propose trois modes de prise en charge différents pour trois "paniers de soins", selon une information du Parisien.

Publicité
Publicité

Trois paniers de soins selon la nature des actes dentaires

Le premier panier est un panier de soins essentiels, qui regroupe les actes dentaires dits "essentiels" (soit 46,6% des actes). Ce panier éviterait toute dépense au patient à condition que les chirurgiens-dentistes abaissent leurs tarifs de388 millions d’euros. Le deuxième panier serait moins bien remboursé, avec une baisse de tarif de 174 millions d’euros pour déboucher sur un "reste à charge modéré" pour les patients. Pour le troisième panier, qui concerne les actes prosthétiques "hauts de gammes", le tarif resterait libre et les soins ne seraient donc pas remboursés. Différents critères comme la localisation de la dent et le matériau utilisé pour réaliser une prothèse dentaire rentreront en jeu pour classer les soins dans les différents paniers de soin. Ainsi, un soin sur une dent visible comme une incisive ou une canine devrait être mieux remboursé qu’un soin sur une dent cachée comme une molaire.

Dentaire, optique et audioprothèse

En tout, la Cnam demande donc aux chirurgiens-dentistes de faire un effort de 562 millions d’euros, et prévoit de rencontrer les syndicats de ces professionnels de santé mi-mars. En plus du secteur dentaire, la ministre de la Santé souhaite appliquer le projet du "reste à charge zéro" aux secteurs de l’optique et des prothèses auditives d’ici 2022, et ce sans que les cotisations aux complémentaires santé n’augmentent. Une mesure phare à laquelle Emmanuel Macron avait donné une place centrale lors de sa campagne présidentielle.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X