Sevrage tabagique : les patchs et autres substituts nicotiniques bientôt remboursés

Publié le 28 Mars 2018 par Laurène Levy, journaliste santé
Patchs, gommes à mâcher, pastilles… Les substituts nicotiniques seront désormais remboursés à 65% par la sécurité sociale, comme tout médicament remboursable. Une mesure gouvernementale qui vise à faciliter l’arrêt du tabac.
1

© Adobe StockNouvelle étape dans la lutte contre le tabagisme en France. Dans le cadre de son plan prévention, le gouvernement a dévoilé une nouvelle mesure pour faciliter l’arrêt du tabac : le remboursement par la sécurité sociale des patchs et autres traitements anti-tabac, comme pour tous les médicaments remboursables.

1

Une prise en charge "plus accessible et efficace pour les fumeurs"

Cette nouvelle prise en charge devrait remplacer le forfait d’aide au sevrage tabagique, mis en place en 2016. Ce forfait, qui allouait 150 euros par an et par personne, visait à rembourser indirectement les substituts nicotiniques (patchs, gommes, pastilles, inhaleurs...) prescrits sur ordonnance par un·e professionnel·le de santé. Le passage à un remboursement classique et direct devrait permettre "à la fois de lever les freins liés à l’avance de frais systématique et d’avoir le même tarif pour un produit sur tout le territoire, tout en permettant une durée de traitement adaptée à la dépendance", précise le gouvernement dans le dossier de presse du Comité interministériel pour la Santé du 26 mars 2018. En somme, cette prise en charge devrait être "plus accessible et efficace pour les fumeurs" et "plus simple pour les professionnels de santé", selon le Comité interministériel.

Quatre gommes à mâcher déjà remboursées

Et le gouvernement souhaite que cette nouvelle mesure s’applique sans attendre : le Journal officiel daté du 24 mars 2018 inscrit déjà quatre substituts nicotiniques à la liste des médicaments remboursables à 65% dès le 28 mars 2018. Il s’agit des gommes à mâcher Nicotine EG® Fruit 2mg et 4mg sans sucre et Nicotine EG® Menthe 2mg et 4mg sans sucre (laboratoires Eurogenerics). Cette décision s’inscrit dans un plan de lutte anti-tabac mené par le gouvernement qui souhaite "[renforcer] les actions en faveur de la protection des jeunes et de l’accompagnement des fumeurs, notamment par le soutien du fonds de lutte contre le tabac" entré en vigueur le 1 er janvier 2017 et visant à financer les actions anti-tabac à une échelle locale, nationale et internationale.

Vidéo : Le sevrage tabagique expliqué en vidéo

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X