Sable et piscine : les 2 endroits où il faut éviter de faire l’amour en vacances

Publié le 20 Juin 2018 par Rédaction Medisite
Dans un communiqué des laboratoires Terpan, Valérie Cordonnier, sexologue, explique pourquoi il vaut mieux éviter de vous laissez aller à des ébats coquins sur le sable, à la piscine ou encore dans la mer. 
Publicité
Publicité

Le soleil, la plage, la chaleur... C'est bien connu l'été est la saison de toutes les tentations et propice aux nouvelles expériences. Malheureusement elle rime aussi avec comportement à risque et hausse des MST. Dans un communiqué les laboratoires Terpan fabricant de préservatifs et lubrifiants rappellent notamment deux endroit où il vaut mieux éviter de faire l'amour en vacances pour "sortir de sa zone de confort sans pour autant prendre des risques". Si l'idée de vous laisser aller à des ébats coquins sur la plage vous avez traversé l'esprit attention ! "Sachez par exemple que les clichés érotiques sont souvent tirés par les cheveux : faire l'amour sur le sable, ça gratte, explique Valérie Cordonnier, sexologue dans le communiqué". Quant aux frivolités dans la piscine oubliez : "les rapports sexuels dans une piscine ou dans la mer sont déconseillés du fait du chlore ou du sel qui peuvent irriter et du risque accru d'attraper une MST."

Publicité

"Attention aux presévartifs qui ne tiennent pas la chaleur"

Pour limiter les risques au maximum une seule solution dont on ne conseillera jamais assez l'utilisation et qui reste jusqu'à aujourd'hui le seul moyen efficace contre les MST : le préservatif. Pour ne pas altérer son efficacité Kamal Yahaoui, dirigeant des laboratoires Terpan met en garde contre les préservatifs qui ne résistent pas à la chaleur. "Attention donc à l'endroit où vous les ranger", ajoute-t-il dans le communiqué. Parmi les maladies sexuellement transmissibles les plus répandues en période estivale, selon lui, on retrouve le papillomavirus. "non traité cette infection peut provoquer le cancer du col de l'utérus. Il est donc important de la soigner", souligne le dirigeant. La chlamydiose et la syphilis sont également en forte augmentation l'été, sans oublier le VIH.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X