Psychologue : une consultation chez ce spécialiste est désormais remboursée dans quatre départements français

Publié le 19 Avril 2018 par Chloé Parisse, journaliste santé
Afin de limiter la consommation d'antidépresseurs, la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) va tester le remboursement des psychologues libéraux de 2018 à 2020 en Haute-Garonne, dans le Morbihan, dans les Bouches-du-Rhône et dans les Landes, selon les informations de La Dépêche.
Publicité

© Adobe StockLes Caisses Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) de Haute-Garonne, du Morbihan, des Bouches-du-Rhône et des Landes vont prendre entièrement en charge les séances chez un psychologue libéral et un psychothérapeute agréé de mai 2018 à 2020 selon La Dépêche. Le but de cette expérimentation est de réduire la consommation d'antidépresseurs et de généraliser le remboursement dans toute la France.

Un remboursement à 100%

Jusqu'à présent, seules les consultations données par un médecin psychiatre étaient prises en charge à hauteur de 70% par la CPAM. Une séance auprès d'un psychologue ou d'un psychothérapeute n'était pas remboursée par l'organisme de service public. A partir de mai 2018, la CPAM va prendre en charge 20 séances au maximum, sans aucune avance de frais rapporte La Dépêche. Le test concerne les patients âgés de 18 à 60 ans, sans conditions de ressources particulières, assurées par une CPAM des quatre départements participants.

Publicité

Comment va fonctionner le test ?

Le fonctionnement est très simple. Il suffit de se rendre en premier lieu chez son médecin traitant afin d'obtenir une prescription pour une séance d'évaluation d'une durée de 45 minutes auprès d'un psychologue conventionné par l'Agence régionale de santé, rapporte La Dépêche.Une fois la séance d'évaluation réalisée, le psychologue établit un bilan de la rencontre, afin de déterminer la sévérité des troubles mentaux. Si le spécialiste estime les troubles "faibles à modérés", le patient pourra bénéficier d'une seconde prescription comprenant cette fois 10 séances de soutien de 30 minutes. Si les troubles persistent, 10 séances de 45 minutes pourront s'ajouter à la prescription. Si le spécialiste estime que les troubles ont une intensité forte, le patient sera alors redirigé vers un médecin psychiatre, rapporte le quotidien régional.

Publicité

Les spécialistes manquent à l'appel

La mise en place de cette expérience par la Sécurité Sociale a pour objectif de faire baisser les dépenses liées aux maladies psychologiques, et par conséquent limiter :- le nombre d'arrêts de travail,- la consommation d'antidépresseurs- la consommation d'anxiolytiques,- la consommation de somnifères.

124 spécialistes ont déjà accepté de participer à cette opération selon les informations de La Dépêche. Ce faible taux est dû aux tarifs remboursés par l'Assurance maladie. Le prix est fixé à 22 euros pour les dix premières séances et 32 pour les dix autres. En temps normal, le prix d'une consultation chez un psychologue ou un psychothérapeute s'élève à 50 euros en moyenne. Un manque à gagner qui ne plaît visiblement pas à toute la communauté des professionnels. Les spécialistes réclament une révision des tarifs de remboursement dans une pétition créée par le Syndicat national des psychologues.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X