Pour avoir une meilleure vie sexuelle mesdames, mettez-vous au vélo !

De nouvelles recherches américaines ont montré que les adeptes de vélo à haute intensité auraient une meilleure vie sexuelle, mais une augmentation des risques d'infection urinaire.
Adobe Stock

Envie d'avoir une meilleure vie sexuelle ? Faire du vélo serait la solution. Une étude menée par des chercheurs de l'université de Californie à San Francisco (UCSF) aux Etats-Unis révèle que pratiquer le cyclisme aiderait à améliorer la fonction sexuelle chez les femmes. Cependant, faire du vélo pourrait aussi augmenter les troubles gynécologiques.

A lire aussi : Présentation

Différents facteurs à prendre en compte

Les scientifiques ont commencé par examiner des athlètes féminines en provenance des États-Unis, du Canada, du Royaume-Uni, de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande. Les sportives ont été recrutées dans des organisations de cyclisme, de natation et de course, les nageuses et les coureuses étant utilisées comme groupe témoin, pour effectuer des comparaisons. Les participantes avaient en moyenne moins de 40 ans et un poids normal.

Les femmes cyclistes ont ensuite été divisées en deux groupes : les cyclistes peu assidues et très assidues. Celles qui pratiquaient le cyclisme plus de trois fois par semaine et pendant plus de deux ans étaient considérées comme assidues. Au total, 3 118 femmes ont été soumises à deux questionnaires, soit 1 053 non cyclistes, 1 656 cyclistes peu assidues et 409 cyclistes très assidues. Les scientifiques ont également interrogé ces femmes sur un certain nombre de facteurs tels que :

- le type de vélo : montagne, route, hybride, couché
- le type de selle : large, non rembourré, longue
- la fréquence de port de short rembourré
- le temps passé debout en faisant du vélo
- l'angle de la selle
- la hauteur du guidon
- le type d'endroit fréquenté pour rouler : urbain, rural, en dehors des routes

Les scientifiques ont pris en compte l'âge, l'origine, l'indice de masse corporelle, l'hypertension, le diabète et la consommation de tabac des athlètes.

"Nous avons constaté que les kilomètres parcourus par les cyclistes étaient associés à une meilleure fonction sexuelle, mesurée par un questionnaire commun et validé", a déclaré le principal auteur de l'étude, le chercheur à l'UCSF Thomas W. Gaither, dans un communiqué de presse.

Plus susceptibles d'avoir des infections génito-urinaires

Ces mêmes données suggèrent que les cyclistes présentaient un risque plus élevé de contracter des infections urinaires, des engourdissements au niveau de l'appareil génital et des plaies dues au frottement de la selle, par rapport aux non cyclistes. Pas vraiment surprenant puisque les cyclistes sont assises sur une selle alors que les coureuses et les nageuses n'ont aucun contact. Cependant, les scientifiques finissent par conclure : "Nous avons constaté que les femmes cyclistes n'étaient pas plus susceptibles de signaler un dysfonctionnement sexuel ou des symptômes urinaires que les nageuses ou les coureuses" explique-t-ils. Le cyclisme augmenterait donc le risque de troubles gynécologiques mais n'aurait aucune incidence sur un éventuel dysfonctionnement sexuel.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Journal of Sexual Medicine, Cycling and Female Sexual and Urinary Function: Results From a Large, Multinational, Cross-Sectional Study, février 2018
UCSF, Women Cyclists Prone to Common Gynecologic Issues But Not Serious Urinary Dysfunction, 12 mars 2018

La rédaction vous recommande sur Amazon :