Le café bientôt classé comme produit cancérigène ?

Publié le 26 Janvier 2018 par Bénédicte Demmer, journaliste santé
Une entreprise californienne viendrait d'attaquer en justice plusieurs entreprises vendant du café pour ne pas avoir mentionné la présence d'acrylamide, un composant susceptible d'être cancérigène. Un juge américain pourrait avoir à statuer sur les risques sanitaires de la boisson.
Publicité

© Adobe StockUn juge californien va devoir prendre la décision de jugé le café à rsique cancérogène ou non. Une entreprise californienne a décidé de poursuivre en justice plusieurs marques de café pour ne pas avoir prévenu qu'un ingrédient cancérigène pourrait se trouver dans leurs produits commercialisés, rapporte le journal britannique Dailymail. Leur plainte repose sur une loi de 1986 mise en place dans l'état selon laquelle toutes les entreprises et tous les lieux publiques doivent publier un avertissement si la présence, même infime, d'un produit met en danger la santé de la population. Cette companie d'avocats est déjà connue pour avoir attaqué plusieurs groupes de fast-food à cause de la présence de ce même composant dans leurs frites. Le composant en question ? L'acrylamide.

Publicité
Publicité

L'acrylamide : c'est quoi ?

Ce composant chimique nocif se forme dans certains aliments ou certaines boissons notamment la friture et les aliments qui contiennent beaucoup de glucides et peut de protéines lorsqu'ils sont chauffés à haute température (supérieure à 120°C). Selon l'entreprise californienne, l'acrylamide se formerait aussi lorsque les grains de café sont chauffés. Depuis que la plainte a été déposée une comission sanitaire a donc été missionnée afin d'étudier les vrais risques pour la santé concernant l'acrylamide dans le café.

Jusqu'à maintenant l'acrylamide a été classée comment agent cancérogène pour les animaux en 1994 par le Centre international de Recherche surle cancer (CIRC) et seulement "probablement cancérogène pour l'homme".

Présent également dans la fumée de cigarette, ce composé est déclaré potentiellement dangereux depuis un rapport suédois de 2002. En 2007, la Commission européenne a alors mis en place des mesures incitant les industriels à réduire les teneurs en acrylamide dans leurs produits. Les valeurs fixées par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) sont donc simplement indicatif. Par exemple, 50 µg/kg dans les aliments à base de céréales pour bébés ou 1 000 µg/kg pour les chips.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X