Maladies rénales : réduire les protéines limite l'empoisonnement

Publié le 22 Novembre 2017 à 11h28 par Bénédicte Demmer, journaliste santé
Un communiqué des Hospices Civils de Lyon rapporte une étude récente qui explique que réduire son apport en protéines limite les dommages causé par les maladies des reins dont l'empoisonnement par les toxines.

© Adobe StockOn estime que près de 3 millions de Français sont victimes d'insuffisance rénale chronique, selon un communiqué des Hospices Civils de Lyon. Afin de limiter les complications liées à cette maladie silencieuse, les auteurs rapportent les résultats d'une étude conseillant de limiter l'apport en protéines animales, en excès dans l'alimentation occidentale, afin de limiter l'altération des reins et l'accumulation des toxines en cas de maladie rénale.

Réduire l'apport en protéines de 50% pour éviter l'empoisonnement

Le rôle des reins est de filtrer le sang et l'évacuation des toxines de l'organisme via l'urine, maintenir un équilibre en minéraux et le niveau d'eau nécéssaire à l'organisme, entre autres. Lorsque sa fonction est altérée, le filtre ne se fait plus, les déchets métaboliques s'accumulent et le sel aussi, pouvant avoir comme conséquences de graves problèmes de santé. "Les protéines sont transformées en urée, explique le communiqué. En cas de maladie rénale chronique, les reins ne peuvent plus correctement éliminer l'urée qui s'accumule dans le sang, avec également d'autres toxines". Un empoisonnement progressif qui rend l'organisme encore plus fébril.

"En cas de maladie rénale, il faut réduire de plus de 50% les apports de protéines", explique le Pr Denis Fouque, néphrologue aux Hospices Civils de Lyon. "Pour les insuffisants rénaux, il est impératif de limiter les apports à 0,6 grammes/kg/jour." En revanche, il faut prendre soin de ne pas limiter l'apport calorique pour ne pas affaiblir l'organisme.

Afin d'accompagner au mieux les malades, le communiqué conseille notamment de limiter les plats industriels trop riches en phosphore et mal éliminé par des reins malades, réduire le sel à 6 voire 4g par jour et compléter un manque de vitamine D pour renforcer son métablisme.

Vidéo : Reins : pourquoi ces habitudes sont à risque !

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X