Les médicaments fluoroquinolones augmenteraient le risque d’anévrisme

Publié le 16 Mars 2018 par Chloé Parisse, journaliste santé
Une étude suédoise montre que la consommation de fluoroquinolone, antibiotique prescrit dans le cas d’infections bactériennes, serait associée à un risque accru de 66% d'anévrisme de l'aorte en comparaison avec l'amoxicilline.
Publicité

© Adobe StockDes chercheurs originaires de Suède et du Danemark ont démontré que les patients utilisant du fluoroquinolone auraient un risque significativement plus élevé de développer des anévrismes ou des dissections aortiques. Les résultats ont été publiés dans le British Medical Journal.

Une augmentation de 66% du risque d'anévrisme

Les quinolones et fluoroquinolones sont des antibiotiques, fréquemment prescrits dans le cas d’infections bactériennes, commercialisées sous les noms Ciflox®, Ciprofloxacine®, Levofloxacine®, Logiflox®, Oflocet®, Tavanic® ou encore Uniflox®. Les chercheurs ont analysé le registre national suédois entre juillet 2006 et décembre 2013 incluant 360 088 patients traités avec des fluoroquinolones, dont 78% traités par ciprofloxacine, 20% avec de la norfloxacine et 2% avec un autre fluoroquinolone.

Publicité

Ces données ont ensuite été comparées à un même nombre de prescriptions d’amoxicilline, un autre type d'antibiotique. Au cours des 60 jours suivant la première prescription, 64 cas d'anévrisme ou de dissection aortique ont été rapportés dans la cohorte des fluoroquinolones et 40 cas ont été rapportés dans la cohorte d'amoxiciline. Soit une augmentation de 66% du risque d'anévrisme ou de dissection aortique chez les patients traités avec des antibiotiques fluoroquinolones.

Publicité

Pour rappel, une dissection aortique est la déchirure de la paroi aortique s’étendant rapidement sur une longueur variable, et dont le pronostic est dramatique en l’absence de prise en charge spécialisée rapide. Un anévrisme de l'aorte, lui, est un "petit sac" qui se forme localement sur un segment de l'aorte. Il est dû à une dilatation de la paroi de l'artère. Il doit être surveillé lorsqu'il est détecté, car il peut se rompre et causer une hémorragie interne qui si elle n'est pas prise en charge rapidement peut-être fatale.

Certaines enzymes en cause

L'équipe de recherche, dirigée par Björn Pasternak de l'Institut Karolinska de Stockholm en Suède suggère donc que l'utilisation de fluoroquinolone serait liée à une augmentation des anévrismes de l'aorte ou de la dissection aortique. Pour expliquer cette association, les chercheurs soulignent un mécanisme possible. "L'un des facteurs impliqué dans le développement de la maladie aortique est une activité accrue dans les enzymes, dégradant ainsi les tissus connus sous le nom de métalloprotéinases matricielles" explique Björn Pasternak à News-medical avant d'ajouter : "Nous savons que les fluoroquinolones induisent l'activité de ces enzymes". Cependant, les chercheurs précisent que leur étude est observationnelle, et donc incapable de prouver une éventuelle relation causale.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X