Le Viagra augmenterait le risque de cancer de la peau

Selon une étude publiée dans le sérieux JAMA Internal Medicine, les médicaments à base de sildénafil comme le Viagra® seraient associés à un risque de 90% d'avoir un mélanome, le plus grave cancer de la peau.

Alors que le Viagra® est pris par des milliers d'hommes souffrant de dysfonction érectile, il pourrait augmenter les risques de cancers de la peau. Dans une étude menée sur 25848 hommes suivis pendant 10 ans, des chercheurs ont pointé du doigt une association entre la prise de sildénafil (molécule active du Viagra®) et la survenue du mélanome, forme la plus grave des cancers de la peau en raison de sa capacité à métastaser. Parmi les participants âgés en moyenne de 65 ans, 6% avaient pris du Viagra®. Au total, 142 mélanomes ont été diagnostiqués pendant l'étude. Conclusion des chercheurs : ceux qui avaient déjà utilisé du sildénafil avaient 84% plus de risques de développer un mélanome, en comparaison à ceux qui n'en avaient jamais utilisé. Il n'y avait pas d'effets particuliers avec les carcinomes, autres types de cancers cutanés.

Faut-il arrêter de prendre du Viagra® ?

Non, d'après les chercheurs. Leur étude soulève une étrange association entre Viagra® et mélanome mais ne démontre pas qu'il y ait vraiment un lien de cause à effet. D'ailleurs l'utilisation du sildénafil n'a jamais été associée à un risque plus élevé de mélanome. Les scientifiques conseillent néanmoins aux hommes qui seraient plus à risque de mélanomes et qui prennent du Viagra® de discuter avec leur médecin traitant. Selon eux, il est nécessaire de poursuivre l'enquête quant à cette possible association.

Comprendre le mélanome en regardant les images :

Source : JAMA Internal Medicine.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : La cancer de la peau - Mélanome

mots-clés : Cancer de la peau
Source(s):