L'AP-HP paie un patient pour éviter une plainte

Un rapport de l'Igas montre qu'un protocole a été signé entre l'Assistance publique des hôpitaux de Paris et un patient qui accuse un chirurgien de lui avoir demandé de payer une intervention en espèces. L'AP-HP s'est engagée à rembourser le patient. En échange, il ne doit pas porter plainte.

Publicité

Mieux vaut étouffer une histoire qui ferait trop de vagues. C'est très certainement ce qui a motivé l'AP-HP à signer un protocole le 29 janvier dernier avec un patient qui accuse un chirurgien de lui avoir demandé de régler une intervention en liquide. Dans ce protocole, que Le Figaro a consulté, l'AP-HP s'engage à rembourser le patient dans un délai de 50 jours. En contrepartie, celui-ci ne devra pas porter plainte.

Publicité
Publicité

Des déclarations "vraisemblables"

En août 2013, le patient doit subir une intervention de chirurgie reconstructrice à l'hôpital européen Georges Pompidou. Le chirurgien lui aurait demandé de régler la facture qui s'élève à 4300 euros en espèces. Celui-ci dément. La ministre des Affaires sociales et de la Santé demande alors à l'Igas (Inspection générales des affaires sociales) d'effectuer un contrôle dans le service. Cinq inspecteurs sont mobilisés (plus que pour le scandale du Mediator). L'Igas s'est entretenu avec le patient le 29 janvier dernier et a rédigé le fameux compte-rendu. Les inspecteurs ont noté que "les constats opérés par la mission permettent de considérer comme vraisemblables les déclarations du patient quant au versement à un membre du service de liquidités en contre partie des prestations de soins" et d'ajouter que "s'agissant de faits susceptibles de constituer les éléments matériels d'infractions pénales, il est apparu néanmoins nécessaire d'en aviser le procureur de la République."

Le chef du service de chirurgie reconstructrice de l'hôpital européen Georges Pompidou est le Pr Laurent Lantieri dénommé aussi le "roi de la greffe". Il avait été épinglé pour avoir exercer une activité privée dans un hôpital public et avait aussi refusé de payer la redevance due aux établissements publics dont les services et le personnel sont utilisés. Il a jusqu'ici soutenu le praticien de son service.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X