La Réunion : un département français en proie à une épidémie de dengue

Pour éviter l’épidémie de masse de dengue, le préfet de la Réunion a décidé le mardi 10 juillet de déclencher le niveau 4 du plan ORSEC (Organisation de la Réponse de la Sécurité Civile) qui prévoit une meilleure prévention et des mesures de lutte contre le moustique tigre qui véhicule cette maladie.

Publicité

Si les moustiques tigres sévissent en métropole, le virus de la dengue qu’ils véhiculent est en passe d’atteindre le stade épidémique dans le département d’outre-mer de La Réunion. Afin de l'éviter, le préfet de l’île a décidé le mardi 10 juillet de déclencher le niveau 4 du plan ORSEC (Organisation de la Réponse de Sécurité Civile), qui entraîne un renforcement de la mobilisation et de la prévention auprès des médecins, des laboratoires ainsi que du public qui se verra distribuer des répulsifs.

Publicité
Publicité

Virus de la dengue : une recrudescence inquiétante

L’arrivée en juin de l’hiver austral à La Réunion, saison défavorable aux moustiques, ne semble pas avoir arrêté ces derniers : du début de l’année jusqu’au 10 juillet, 5 970 cas de dengue ont été recensés. Parmi eux, 124 ont été hospitalisés. Des chiffres déjà élevés mais qui semblent seulement correspondre à la partie émergée de l'iceberg : "Les médecins reçoivent en consultations beaucoup de patients présentant les symptômes de la dengue", explique à l'AFP Luce Menudier, épidémiologiste de la cellule d’intervention en région (CIRE) Santé publique France. "Nous sommes à plus de 18 000 consultations pour dengue" précise-t-elle.

Le phénomène inquiète également car il se répand comme une traînée de poudre : "On observe aussi une dispersion de plus en plus importante du nombre de cas sur l’île, notamment dans le nord et le sud", indique à l'AFP Marie-Amélie Vauthier-Bardinet, directrice de cabinet du préfet de La Réunion. De plus, si le virus n’est pas éradiqué pendant l’hiver, il risquerait de provoquer une "explosion épidémique au cours de l’été prochain. L’idée est de profiter de la saison froide pour éradiquer le virus", ajoute-t-elle. A terme, une épidémie majeure pourrait se déclencher, comme celle du chikungunya qui avait touché 266 000 habitants, soit un tiers de la population, en 2005-2006. Pendant cette épidémie, 252 personnes étaient mortes de la maladie selon le point de situation au 6 décembre 2006 de Santé Publique France.

Le développement d’une "endémicité" de la dengue constitue le second risque. "Le virus continuerait à circuler et reviendrait chaque année", souligne auprès de l'AFP le docteur François Chieze, directeur de la cellule de veille et sécurité sanitaire à l’agence régionale de santé.

Qu’est-ce que la dengue ?

Ces dernières années, la dengue connaît une importante recrudescence. Bien qu’il touche principalement les régions tropicales et subtropicales du globe, le virus dépasse désormais ces frontières. Cette maladie est transmise par la piqûre du moustique Aedes aegypti et entraîne des symptômes tels qu’une fièvre élevée, des maux de tête et des courbatures. Des complications de nature hémorragique peuvent subvenir et engager le pronostic vital du malade.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X