Incontinence : le test de la toux que les hommes devraient faire plus tôt

Publié le 25 Juin 2018 par Rédaction Medisite
L'incontinence touche beaucoup plus d'hommes qu'on ne l'imagine. Mais peu en parlent. A l'occasion d'une nouvelle étude, des chercheurs américains invitent les médecins à effectuer plus souvent un test les faisant tousser afin de faciliter l'établissement du diagnostic et d'améliorer le traitement de cette dysfonction urinaire.
Publicité

© Adobe StockAnatomiquement, l'homme est moins à risque que la femme de souffrir d'incontinence urinaire ou "fuites". Cependant elle surviendrait chez 3 à 5% des quadragénaires et augmente ensuite avec l’âge pour concerner 10% des hommes de 60 ans et 30% après 90 ans. Problème : ce trouble urinaire est souvent tabou.

Publicité

Des chercheurs américains du Centre médical de Southwestern montrent d'ailleurs au cours d'une nouvelle étude que les hommes tolèrent souvent l'incontinence urinaire qui survient au cours d'un d'effort* pendant plus de 2 ans avant de chercher de l'aide médicale et qu'un tiers la supportent pendant plus de 5 ans. Selon eux, les médecins généralistes ou urologues devraient effectuer des contrôles plus fréquents. Ils les invitent ainsi à effectuer un test de toux, debout. Ils doivent tousser pendant que le médecin surveille toute libération accidentelle d'urine. "Notre objectif est de faire savoir que des traitements efficaces et sûrs existent pour les hommes souffrant d'incontinence urinaire d'effort, mais aussi de faciliter un diagnostic immédiat et précis" a commenté le Dr Joceline Fuchs qui a participé à l'étude. D'autant que l'incontinence urinaire d'effort "a des effets psychosociaux et émotionnels négatifs importants et représente une raison fréquente d'anxiété et de dépression post-traitement" a ajouté le Dr Allen Morey, professeur d'urologie et auteur principal de la recherche.

Publicité

La peur de subir une intervention chirurgicale

En cas d'ablation de la prostate, les auteurs ont noté que le contrôle urinaire était rétabli dans les 12 premiers mois et ne s'améliorait plus beaucoup au-delà. D'où l'importance de repérer assez tôt d'éventuelles défaillances urinaires. Selon eux, les retards de traitement peuvent également être liés à la réticence des patients à subir plus de chirurgie ou en raison d'un accès géographique limité aux spécialistes appropriés. Mais ils soulignent qu'après chirurgie, 73 à 90% des 572 hommes suvis lors de leur analyse ont indiqué une amélioration de leur qualité de vie après avoir subi une chirurgie.

*soulever des objets lourds, faire de l'exercice, rire, éternuement...

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X