Montpellier : un étudiant meurt d'une méningite

Les analyses biologiques d'un étudiant de 23 ans retrouvé mort, jeudi 3 mai 2018, ont révélé qu'il souffrait d'une pathologie foudroyante de type méningite selon l'Agence Régionale de Santé (ARS) Occitanie.
Adobe Stock

Une maladie hautement contagieuse. Un jeune homme de 23 ans, étudiant à Montpellier, est décédé jeudi 3 mai 2018 à son domicile familial, à Palavas-les-Flots, à la suite d’une infection à méningocoque, selon un communiqué de l'Agence Régionale de Santé (ARS) Occitanie. Ce diagnostic a été confirmé lundi 7 mai 2018 par les analyses biologiques menées immédiatement.

Une traitement préventif pour les personnes à risques

La veille de son décès, le jeune homme se serait plaint de maux de tête. Pour faire passer sa douleur, il aurait pris un médicament classique rapporte Midi Libre. Le lendemain matin, ses proches l'ont retrouvé inanimé dans son lit. Une enquête a immédiatement été ouverte par les gendarmes de la compagnie de Lunel (Occitanie) selon le quotidien régional.

L'ARS déclare dans son communiqué de presse : "Les équipes de veille sanitaire de l’Agence Régionale de Santé Occitanie et la Direction de l’Ecole de commerce concernée ont identifié et contacté une trentaine de personnes en relation avec ce jeune homme, afin qu'ils bénéficient d’un traitement antibiotique préventif (Rifampicine). Il s'agit de la famille et de proches ayant été en contacts étroits, rapprochés et répétés durant les 10 jours qui ont précédé sa maladie".

Il est également indiqué dans le communiqué que : "Le germe étant très fragile dans l’environnement, les risques de transmission sont très faibles. Il n'y a pas lieu de procéder à une désinfection de locaux, ni de traiter les personnes ayant eu des contacts occasionnels avec la personne malade. Les équipes médicales de l’ARS Occitanie restent à la disposition des personnes concernées au 0 800 301 301". De quoi rassurer les étudiants de l'école Montpelliéraine.

Ouest France précise que l’étudiant rentrait d’un long séjour à l’étranger au moment du drame.

Qu'est-ce que la méningite bactérienne ?

Bien que la plupart des méningites bactériennes soient causées par le méningocoque (Neisseria meningitidis), beaucoup d'autres bactéries peuvent être responsables. Chez le nourrisson l'agent principal est le Streptococcus agalactiae, l'Escherichia coli et la Listeria monocytogenes. Chez les enfants plus âgés on retrouve le Streptococcus pneumoniae et l'Haemophilus influenzae type B. Chez l'adulte la méningite bactérienne peut-être causée par le pneumocoque, le Staphylocoque, le Pseudomonas. Selon les régions du monde et les conditions sanitaires de certains pays, la méningite bactérienne peut être causée par le Mycobacterium tuberculosis (méningite tuberculeuse), le Treponema pallidum (syphilis), la Leptospira interrogans (leptospirose), Borrelia burgdorferi (maladie de Lyme), le Pseudomonas aeruginosa et la Klebsiella pneumoniae. À noter également que les personnes immunodéprimées par un traitement médicamenteux ou une maladie comme le SIDA sont sujettes à contracter la maladie.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Méningite : les signes qui doivent alerter

Source(s):

Midi Libre, Hérault : un étudiant décède à Palavas, suspicion de méningite, 7 mai 2018
Ouest France, Hérault. Un étudiant de 23 ans retrouvé mort, suspicion de méningite, 7 mai 2018
ARS Occitanie, Décès d’un étudiant montpelliérain à la suite d’une méningite, 7 mai 2018